Aller au contenu
La décriminalisation des drogues dures

«Il faut bien l'expliquer, et le message passera différemment»

«Il faut bien l'expliquer, et le message passera différemment»
Drogue dure / Photo : wombatzaa / iStock / Getty Images Plus / Getty Images

La Colombie-Britannique a mis en œuvre un projet pilote en janvier 2023 pour décriminaliser la possession de petites quantités de drogues dures. Toutefois, la province a récemment reculé en réintroduisant la criminalisation de ces substances dans les lieux publics. 

Cette approche est-elle efficace contre la crise des opioïdes? Faut-il s'en inspirer au Québec? Sandhia Vadlamudy, directrice générale de l’Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ), se penche sur le sujet dimanche, au micro d'Élisabeth Crête. 

Elle mentionne d'abord les avantages relevés par ceux qui militent en faveur de ceux d'une décriminalisation des drogues comme la réduction de la stigmatisation et l'amélioration de l'accès aux soins.

Elle explique toutefois les raisons pour lesquelles la Colombie-Britannique a un peu reculé dans le cadre de son projet pilote, ce que certains ont perçu comme un aveu d'échec.

«Pour l'instant, c'est comme un ajustement. Le temps aurait permis peut-être de mieux comprendre ce qu'est la décriminalisation, ce que ça permet d'atteindre comme objectif et ce qui n'est pas réaliste. Parce qu'en ce moment, on attribue beaucoup de problèmes sociaux à cette décriminalisation, alors que les problèmes d'itinérance, de santé mentale, de manque de logement étaient nombreux, et ne se sont qu'exacerbés. La décriminalisation, il faut prendre le temps de bien l'expliquer, de bien former les policiers et le message passera probablement différemment.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Élisabeth Crête

Où sortir à Montréal lors d'une première rencontre amoureuse?
Meeker Guerrier est l'un des ambassadeurs du marathon de Montréal
«On veut mieux documenter et avoir un portrait plus fiable de cette violence»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En direct
En ondes jusqu’à 00:00