Aller au contenu

Pourquoi pas un 3e parti pour tenir tête aux républicains et aux démocrates?

Pourquoi pas un 3e parti pour tenir tête aux républicains et aux démocrates?
Valérie Beaudoin / Cogeco Média

Pourquoi est-ce si difficile, voire impossible, d'être à la tête des États-Unis si on n'est ni républicain, ni démocrate? 


Écoutez les explications de Valérie Beaudoin, spécialiste de la politique américaine, au micro de Patrick Lagacé sur le sujet, jeudi, à l'émission Le Québec maintenant. 

«Le système, ce n'est pas un système comme ici par circonscription, où tu gagnes des sièges. Le candidat à la présidence, s'il gagne par une seule voix, par exemple l'État de la Californie, il remporte l'État au complet. Alors il faut avoir une machine politique qui est énorme pour pouvoir battre dans tout l'État les autres candidats à la présidence. Et juste au point de vue monétaire, je rappelle qu'en une seule soirée, il y a eu Barack Obama qui était avec Bill Clinton aux côtés de Joe Biden. On a amassé 26 millions de dollars. Alors, quand tu es un candidat indépendant qui veut se lancer, t'as pas la machine du parti politique qui est derrière toi. Alors, au niveau organisationnel, pour être sur les bulletins de vote, ça devient quasi impossible aussi.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

«Il ne faut pas l'oublier, Gaza, c'est une prison» -François Audet
«Je pense que pour le bien des procureurs, on veut régler ça» -Valérie Beaudoin
Le plan de Dagher: «Ce que j'aime surtout, c'est son approche»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
La nuit en direct
En direct
En ondes jusqu’à 03:00