Aller au contenu
La mairesse de Gatineau démissionne

«Elle a allumé quand même beaucoup de feux» -Hélène Buzzetti

«Elle a allumé quand même beaucoup de feux» -Hélène Buzzetti
L'ex-mairesse de Gatineau, France Bélisle. / PC/Sean Kilpatick

La mairesse de Gatineau, France Bélisle, a annoncé sa démission immédiate, jeudi.

Elle avait été élue lors des élections de novembre 2021. Madame Bélisle cite plusieurs facteurs, dont la nécessité de préserver sa santé mentale. Lors d'une allocution où elle n'a répondu à aucune question, France Bélisle a parlé de politique partisane, des critiques du public aussi.

L'animateur Patrick Lagacé souligne toutefois que l'ex-mairesse a créé un climat d'affrontement dans la vie politique à Gatineau. Hélène Buzzetti, analyste politique aux Coops de l'information, confirme cette affirmation.

«On a enrobé cette démission dans le contexte plus général où on parle de la difficulté de faire de la politique municipale, en particulier pour les femmes, le fait que ce soit un contexte hostile, qu'il y ait beaucoup d'agressivité à l'endroit de nos élus et c'est vrai que tout ça existe.

«Mais dans le contexte de Gatineau, il faut quand même réaliser que madame Bélisle a une personnalité particulière et elle a elle-même contribué beaucoup à ce climat. C'est une personne qui a été élue à l'automne 2021 et elle s'est très rapidement bâti une réputation de personne qui confronte, qui crée de la confrontation et qui n'est pas une rassembleuse.»

«Il faut comprendre le contexte. Gatineau, c'est bien particulier. Nous avons un seul parti politique municipal, Action Gatineau, dont est issu d'ailleurs l'ancien maire, Maxime Pedneaud-Jobin. Mais autrement, ce sont des indépendants et notre conseil municipal est vraiment divisé à parts égales entre les deux groupes.

«Et donc, il y a beaucoup de confrontations, c'est divisé. Et, dans ce contexte-là, madame Bélisle n'a pas beaucoup été capable de susciter l'adhésion. On peut remonter dès les premiers jours de son mandat. Elle s'attaquait souvent aux membres d'Action Gatineau. Même à un moment donné, elle l'a dit de ce parti là qui était noyauté par la gauche dogmatique. Elle a accusé le chef de l'opposition officielle, Steve Moran, d'avoir en quelque sorte, je mets des guillemets ici, «vendu son vote sur un projet immobilier» alors qu'il n'y avait pas vraiment de fondement à tout ça.

«Donc, bref, elle a allumé quand même beaucoup de feux et c'est ce qui explique ce climat. Alors, je ne nie pas qu'elle se sent comme elle dit se sentir, mais c'est peut-être le résultat d'une situation qu'elle a en partie créée. Je pense que c'est important de mettre ce bémol là.»

On l'écoute...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

Hockey féminin: Match historique samedi, au Centre Bell
«Je dois m'adapter à une nouvelle réalité où la CAQ n'est plus la cible» -PSPP
Comment TikTok a t-il changé le monde d'aujourd'hui

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En direct
En ondes jusqu’à 18:30