Aller au contenu
«Panique» en Montérégie

Le nouveau système informatique Opti-lab connaît des ratés

Le nouveau système informatique Opti-lab connaît des ratés
Un bureau dans un hôpital. / Getty Images.

C’est au tour d’un groupe de médecins de la Montérégie de décrier le nouveau système  informatique Opti-lab qui est implanté graduellement dans le réseau de la santé depuis un an et qui a connu de nombreux ratés.

Les médecins ne reçoivent plus les résultats des tests urgents que leurs patients ont fait à l’hôpital, mais ils reçoivent une quantité astronomique de fax qui leur fait perdre un temps fou au détriment des patients.

L'animateur Patrick Lagacé accueille la Dre Joëlle Bertrand-Bovet, médecin dans un groupe de médecine de famille (GMF) de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Est-ce que l'utilisation du terme «panique» est exagérée?

«Non. C'est le bon terme. Je l'utilise depuis le début de la semaine. C'est vraiment cahotique dans notre région. On est tout à fait en panique.»

Et quel est le problème?

«Ça a pris quelques jours avant qu'on se rende compte du problème parce qu'on en avait pas été avisé. Pourtant, ce laboratoire-là, il a été déjà installé dans d'autres régions depuis un an. Donc, c'est pas nouveau qu'on est au courant de ces problématiques.

«Pour vous donner un exemple bien clair... Normalement, quand un patient va faire un test sanguin, on reçoit le résultat la journée même, ou le lendemain, dans notre dossier médical informatique à la clinique. Donc, rapidement, on peut prendre action si jamais il y a quelque chose d'anormal.

«Depuis deux semaines malheureusement, si le patient a une prise de sang urgente à faire, s'il doit aller à l'hôpital la journée même pour faire cette prise de sang, elle ne nous est plus renvoyée dans notre dossier médical informatique. De sorte qu'on s'est rendu compte après quelques jours qu'on ne recevait pas les tests urgents.

«En parlant entre collègues, on s'est rendu compte que c'était comme ça pour tout le monde. Donc, ce n'était pas que le patient n'était pas allé au rendez-vous, il y était allé, mais on n'avait pas été avisé. Ça ne rentre plus dans nos systèmes informatiques. Donc là, on s'est rendu compte qu'il y avait plein de laboratoires en attente à quelque part. C'est imprimé sur une imprimante à l'hôpital, mais nous, on n'était pas mis au courant et on ne pouvait pas avoir accès au laboratoire.»

On l'écoute...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

«La popularité n'est pas un programme politique»
«Elle vit ça dans la solitude quand même» -Jean-Philippe Dion
1er juillet: combien de personnes vont se retrouver dans la rue?

Vous aimerez aussi

0:00
7:12
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Même le week-end
En direct
En ondes jusqu’à 11:00