Aller au contenu

L'accès à l'avortement est plus difficile dans certaines régions du pays

L'accès à l'avortement est plus difficile dans certaines régions du pays
Élisabeth Crête / Cogeco Média

Journaliste à Rad, Pascale Harrison-Julien aborde la question de l'accès à l'avortement au Canada dans une série de balados intitulée «Avortement, un pays pas comme les autres».

Bien que l'avortement soit décriminalisé au Canada depuis 1988, Pascale Harrisson-Julien démontre que de nombreuses disparités régionales persistent en ce qui a trait à son accès.

De plus, la journaliste souligne qu'il est difficile d'avoir une interruption de grossesse après 20 semaines. Ces avortements tardifs sont rarissimes et sont sollicités principalement dans des situations où la femme est en danger.

«Ça peut être femme qui est toxicomane, qui ne sait pas qu'elle est enceinte jusqu'à très tardivement et qui a consommé tout au long de sa grossesse et qui se dit non, je vis dans la rue, ce n'est pas possible. Donc là on est peut-être justement dans l'extrême justement des conditions de vie très très difficiles. Mais l'exemple qui revenait souvent, ce sont des affaires de violence conjugale.»

La journaliste mentionne que l'annulation de l'arrêt Roe c. Wade par la Cour suprême des États-Unis a galvanisé les militants anti-avortement du Québec et du Canada.

Plus de 35 ans après avoir été décriminalisé, l'avortement sera au coeur des débats nationaux d'ici la prochaine élection fédérale.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Élisabeth Crête

Les femmes en radio: «Pour être égale, il faut être meilleure»-Lise Lapointe
Un jeune auditeur nous parle de son départ de la maison familiale
«On dirait qu'on pardonne un peu tout à Christian Dubé»-Antonine Yaccarini

Vous aimerez aussi

0:00
3:42
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En direct
En ondes jusqu’à 18:30