Aller au contenu

Peut-on diagnostiquer la santé mentale de Donald Trump?

Peut-on diagnostiquer la santé mentale de Donald Trump?
Donald Trump / Getty Images

Aux États-Unis, une psychiatre américaine n'est pas d'accord avec une directive émise par l'Association américaine de psychiatrie qui a interdit aux psychiatres de poser des diagnostics en public - dans les médias - sur Donald Trump.

Par exemple, un citoyen peut dire: «Donald Trump est narcissique», mais un psychîatre n'a pas le droit de le dire.

Est-ce la même chose au Canada?


Écoutez le Dr Gilles Chamberland, psychiatre à l’institut Philippe-Pinel.


«Oui. Ce ne sont pas juste les psychiatres. Ce sont tous les médecins. Le Collègue des médecins est formel: on ne peut pas poser un diagnostic chez quelqu'un qu'on n'a pas évalué nous-mêmes.

«On peut comprendre pourquoi. Un diagnostic, c'est lourd de sens. Autant en médecine physique qu'en psychiatrie. Si on dit que quelqu'un a ce trouble de personnalité, ça peut entraîner une série de conséquences assez importantes. Donc, on a cette règle aussi au Québec.»

Mais Donald Trump ayant fait tellement de déclarations publiques, un psychîatre ne pourrait-il pas porter un jugement?

Il y a ici un autre angle éthique, comme l'explique le Dr Gilles Chamberland.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

Des fonctionnaires ne veulent pas retourner au bureau trois fois par semaine
«Les patients et les professionnels de la santé ont besoin de plus d'humanité»
«C'est là que j'ai réalisé à quel point la musique peut réconforter des gens»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En direct
En ondes jusqu’à 10:00