Aller au contenu

Est-ce que le service à pourboire a encore sa place?

Est-ce que le service à pourboire a encore sa place?
Une personne laisse paie une addition. / Getty images / Olga Rolenko/Moment

Est-ce que le service à pourboire a encore sa place?

Écoutez la chroniqueuse Marie-Eve Tremblay qui s’entretient avec le chef-propriétaire Danny St Pierre, vendredi, au micro de Luc Ferrandez.

«On apprenait que 65% des Canadiens disent avoir laissé un pourboire uniquement parce que le terminal leur en a donné l'option, explique la chroniqueuse. Autrement dit, ils n'en auraient pas laissé s'ils n'avaient pas payé avec leur carte de crédit ou leur carte de débit. Et on apprenait aussi que 62% des répondants disent laisser un pourboire plus élevé que prévu. Encore là, quand ils paient par crédit ou par débit.»

Est-ce que les consommateurs se sentent coincés?

«Ma première pensée va aux employés qui en profitent. Ça, je trouve ça bien pour eux, parce que bien souvent, c'est des salaires qui sont très très bas. Mais est-ce que c'est au client de bonifier la rémunération de service qui est un service de base? Parce que l'inflation, ce que l'on vit en ce moment, les personnes qui en profitent le plus dans l'industrie de service, ce sont les gens qui sont payés avec un pourcentage sur l'addition, donc les serveurs.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Marie-Ève Tremblay

«C'est extraordinaire, je me pince encore!» -Marie-Eve Tremblay
Devrait-on encourager les 60 ans et plus à rester au boulot?
Dans les coulisses du métier d'orienteur scolaire

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En direct
En ondes jusqu’à 00:00