Aller au contenu
Investissement dans le projet PIVOT

Violence armée: «Raviver la flamme qui s’est éteinte chez les jeunes»

Violence armée: «Raviver la flamme qui s’est éteinte chez les jeunes»
Le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, lors de l'annonce du projet faite lundi. / La Presse canadienne

Le ministre de la Sécurité publique a annoncé un investissement en matière de violence armée à Montréal.

Le projet Prévenir et intervenir sur les violences observées sur le territoire (PIVOT), est un outil supplémentaire pour limiter la violence armée à Montréal.

Des investissements de 1,35 M$ de la part du gouvernement du Québec et de 500 000$ de la Ville de Montréal ont été nécessaires.

Le projet, qui durera trois ans, s’adresse à deux groupes communautaires de Rivière-des-Prairies et Montréal-Nord. 


À l’émission de Luc Ferrandez, lundi, écoutez le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, expliquer les tenants et aboutissants de cette initiative.


«On doit avoir une approche équilibrée entre la répression et la prévention. Cette dernière est immensément importante. Elle permet de cibler des jeunes qui portent l’arme et qui trouvent ça cool. Que ce soit 10, 30 ou 50 de ces jeunes, c’est bien de les ramener sur les bancs d’école ou dans le marché du travail. Raviver la flamme qui s’est éteinte chez les jeunes, c’est le principe.»

Par ailleurs, René-André Brisebois, criminologue coordonnateur du Centre d’expertise de l’Institut universitaire Jeunes en difficulté du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, discute également avec l’animateur de ce projet.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

Pierre Poilièvre pige chez les caquistes...
«Les blessures de vélo arrivent mais c'est celles au cerveau qui vont tuer»
À quand un casque de vélo pour Luc Ferrandez?

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
La nuit en direct
En direct
En ondes jusqu’à 03:00