Aller au contenu
Fin de la réglementation?

Timbres de bière: «Si on enlève ça, on ouvre la porte au marché noir»

Timbres de bière: «Si on enlève ça, on ouvre la porte au marché noir»
Verres de bière / Photo : Atiwich Kaewchum / iStock / Getty Images Plus / Getty Images

L'Association des directeurs de police du Québec s'inquiète d'une hausse de la criminalité qui serait liée à la fin possible de la règlementation des timbres de bière.  

Depuis 1971, des timbres sont collés sur les cannettes et bouteilles de bière. 

Or, l'Association des microbrasseries du Québec a lancé la campagne «Timbrer c'est timbré», qui dénote son exaspération à propos de cette réglementation. 


Écoutez Pierre Brochet, président de l'Association des directeurs de police du Québec, qui exprime ses inquiétudes face à la fin de cette règlementation pour aider le plus petit producteur à vendre ses produits, mercredi, au micro de Luc Ferrandez. 

«Nous craignons énormément l'infiltration du crime organisé, l'évasion fiscale et même le risque pour la santé publique. Il faut rappeler que quand ça a été mis en place, les timbres, il y avait trois objectifs: dissuader les acteurs de l'économie souterraine de s'emparer de ce marché, assurer la qualité et l'origine des produits de la bière et éviter l'évasion fiscale. On pense que c'est bien contrôlé actuellement. On est convaincus, en fonction, de notre expertise, que si on enlève ça, on ouvre la porte au marché noir, à la contrebande et évidemment à enrichir le crime organisé.»

Il discute également de l'efficacité du système actuel pour dissuader l'économie souterraine et maintenir la qualité des produits.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

Paul Arcand: détermination, élégance et indignation
L'héritage de Françoise Hardy
100 000 téléphones «non intelligents» ont été vendus au Canada

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les meilleurs moments
En direct
En ondes jusqu’à 03:00