Aller au contenu
Centre jeunesse Cartier

Des salles d'isolement qui ressemblent à des cellules

Des salles d'isolement qui ressemblent à des cellules
Luc Ferrandez / Cogeco Média

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) utilise des salles d’isolement qui ressemblent à des cellules de prison pour les «enfants tannants», a rapporté La Presse, lundi matin.

Certains enfants isolés n'ont parfois que 9 ans. Ce dossier a été écrit par les journalistes Ariane Lacoursière et Caroline Touzin.

Écoutez d’ailleurs cette dernière qui a accordé une entrevue à l’animateur Luc Ferrandez, lundi.

«Il faut voir les lieux. Ce sont des vieux centres de réadaptation à Laval qui datent des années 1970, où on mettait les jeunes. C'était comme une école de réforme, donc, ça a été construit pour des jeunes délinquants. Sauf que là, à Laval, la majorité des jeunes qui sont hébergés, là, c'est en protection de la jeunesse. Donc, ce ne sont pas des jeunes contrevenants, c'est des enfants vulnérables.»

«Ce sont des jeunes qui ont été abusés ou qui viennent de familles dysfonctionnelles. Ce sont des lanceurs d'alerte qui nous ont contactés pour nous dire: c'est épouvantable».

Les salles d'isolement, comme elles sont désignées, ressemblent à autre chose, note la journaliste.

«Ça ressemble à des cellules de prison. En fait, il n'y a pas grande différence entre ça et une vraie cellule. C'est des petites pièces beiges minuscules. Il y a une base de lit en béton en guise d'unique mobilier, et puis c'est fermé par deux portes en acier qui font un bruit épouvantable.»

On écoute Caroline Touzin...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

Le «Bonjour-Hi» gagne du terrain, doit-on s'en inquiéter?
Une série documentaire sur l'environnement signée par Vincent Graton
Bonjour-Hi: le français perd du terrain lors de l'accueil dans les commerces

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En direct
En ondes jusqu’à 18:30