Aller au contenu
Procès pour le meurtre de ses deux sœurs

Une voisine de Denis Leblanc a vu la mort de près

Une voisine de Denis Leblanc a vu la mort de près
Intervention policière lors de l'arrestation de Denis Leblanc le 3 octobre 2020. / Photo présentée en preuve au procès.

Accusé d’avoir tué ses deux sœurs, alors qu'il planifiait un véritable carnage, Denis Leblanc subit actuellement son procès et Bénédicte Lebel rapporte jeudi, au micro de Paul Arcand, qu'on a pu assister à un témoignage bouleversant de sa voisine, Lina Petrilli.

Celle qui a été directement visée par le meurtrier a décri à la Cour la scène du 3 octobre 2020, alors qu'elle a expliqué que, déjà en début de journée, elle avait un mauvais «feeling» à propos de son voisin.

La chroniqueuse explique qu'elle a raconté mercredi que Leblanc l’avait déjà menacée et harcelée au point où elle avait dû appeler les policiers. 

Le 3 octobre toutefois, elle a affirmé qu'elle se trouvait sur son balcon, lorsque son voisin a lancé son téléphone sur un mur de briques, alors qu'il était enragé. Puis, il s'est écrié: «Le diable est réveillé!».

Ramassant ensuite les débris de son cellulaire, il lui aurait fait un doigt d’honneur.

Elle a expliqué qu'elle a eu l’impression qu’il allait se passer quelque chose de grave. Elle a décidé de prendre des photos et vidéos, alors que Denis Leblanc discutait avec un autre homme. Des vidéos qui ont d'ailleurs été visionnées par le jury.

Lorsque les deux soeurs de Denis Leblanc sont arrivées chez lui, il ne semblait pas heureux selon madame Petrilli. Ils leur auraient dit qu’elles n’avaient pas d’affaire-là en raison des restrictions de la COVID-19.

Lina Petrilli a eu le réflexe d’appeler le 911 et pendant l’appel, elle a entendu un coup de feu.

Elle a dit: «Je pense qu’il vient de tirer sa soeur.»

Elle a ensuite vu une victime tomber puis elle a entendu un deuxième coup de feu alors qu’elle est toujours au téléphone. En panique, Lina Petrilli est entrée chez elle et a verrouillé la porte pendant uniquement à «sauver sa peau».

Elle a vu Denis Leblanc devant sa porte avec sa carabine. Il a brisé la fenêtre avec la crosse de son arme et débarré la porte par l’intérieur.

«Il est en position de tir. Elle dit: "Il a l’air super enragé, il a les yeux noirs noirs noirs". Elle fuit vers chez un voisin et entend des coups de feu chez elle derrière elle. Elle est toujours en ligne avec le 911. Rendue chez le voisin, elle voit Denis Leblanc toujours armé et il y a échange de coups de feu avec les policiers. Il tombe après avoir été touché par les policiers.»

Denis Leblanc aurait ensuite fouillé dans sa poche pour s'allumer une cigarette et c'est à ce moment qu'il aurait été maîtrisé par les policiers.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Je suis vraiment fier d'avoir porté le même chandail que toi» -Martin McGuire
«Jamais je n'aurais cru faire de la radio avec Paul Arcand» -Nathalie Normandeau
Le mot de la fin de Paul Arcand: «Je vais continuer de m'indigner...»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En direct
En ondes jusqu’à 00:00