Aller au contenu
Sans papier avec des enjeux de santé mentale

Santé mentale: en prison plutôt qu'à Pinel... car il n'y a plus de place

Santé mentale: en prison plutôt qu'à Pinel... car il n'y a plus de place
Paul Arcand / Cogeco Média

Une femme migrante sans papiers avec des enjeux de santé mentale se retrouve à la prison pour femmes Leclerc plutôt qu’à l’Institut Pinel après son arrestation par manque de places, situation que dénonce une avocate du bureau d’aide juridique responsable de son dossier.  


Écoutez Catherine Lapointe, avocate au bureau de l’aide juridique à Montréal, expliquer la réalité de sa cliente, migrante et sans papier.


Cette dernière déplore que sa cliente ne peut recevoir les soins nécessaires en prison et craint qu’elle soit éventuellement libérée sans jamais avoir reçu d’aide qui lui permettrait de redevenir fonctionnelle en société.

«Elle a besoin de soins psychiatriques, on s'entend. Et un psychiatre de Pinel a déterminé qu'effectivement, elle avait besoin de soins pour redevenir apte. Donc, habituellement, les gens sont transportés rapidement à l'Institut Pinel pour y recevoir les soins auxquels ils ont droit et les soins qu'ils ont besoin. Toutefois, en ce moment, l'Institut Pinel déborde. Il y a beaucoup, beaucoup de cas de santé mentale actuellement qui nécessitent des traitements en urgence. Alors Pinel n'a pas de place actuellement pour les clientes en attente d'ordonnance de traitement qui doivent subir un traitement. Alors moi, j'ai essayé de mon côté de la transférer dans un hôpital civil et le transfert a été refusé.»

«On frappe un mur. Savez-vous pourquoi? Je crois que c'est parce que c'est une migrante sans papiers, sans carte d'assurance maladie, mais qui a un besoin criant de soins psychiatriques actuellement.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

Le slogan «All eyes on Rafah» devient viral sur les réseaux sociaux
Roland-Garros: «Rafael Nadal ne pouvait pas bénéficier du classement protégé»
«Le virage numérique de la SAAQ s'apparente à un accident de char»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
La nuit en direct
En direct
En ondes jusqu’à 03:00