Aller au contenu

«On ne se sentait pas inférieur au côté de Benoît Pelletier.»

«On ne se sentait pas inférieur au côté de Benoît Pelletier.»
Les chroniques politiques / Cogeco Média

L'ancien ministre libéral Benoît Pelletier n'avait pas d'ennemis, se rappelle Jonathan Trudeau. Le professeur, spécialiste de la constitution, était d'une rare intelligence et savait bien vulgariser les enjeux complexes.


Écoutez la chronique politique de Jonathan Trudeau au micro de Paul Arcand.


«C'est incroyable à quel point cet homme-là était brillant, était cultivé, était articulé. D'ailleurs, il s'entourait de gens tout aussi brillants à son cabinet. Il attirait des gens qui avaient le même intellect que lui. Donc oui, l'intelligence, mais la simplicité. En même temps, on ne se sentait pas inférieur au côté de Benoît Pelletier», raconte Jonathan Trudeau.

«Son idée, sa vision, c'était une fédération qui peut fonctionner en tenant compte, pas juste de façon cosmétique, des particularités du Québec, de son, de son autonomie. Je pense évidemment au fédéralisme assymétrique, un concept des provinces qui peuvent travailler ensemble, le conseil des fédérations.»

Le striptease budgétaire du gouvernement fédéral

Après avoir annoncé une charte des droits des locataires la semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé son intention d'instaurer des programmes gratuits de repas pour les élèves dans les écoles. Le tout, deux semaines avant la lecture du budget.

«Sur la stratégie comme telle, c'est loin d'être fou. J'en ai discuté donc avec des gens au gouvernement fédéral. Ce qu'ils veulent faire dans le fond, c'est d'occuper l'espace, de contrôler le message et d'éviter que toutes tes annonces de programmes soient noyées dans le tourbillon de la présentation du budget», explique Jonathan Trudeau.

«Même si je trouve que l'idée n'est pas mauvaise, le risque que je trouve, c'est que le 16 avril, si tout a été dit ou presque sur les mesures, il va nous rester une chose à parler, le déficit», ajoute-t-il.

De la protection pour Mélanie Joly

Jonathan Trudeau croit qu'il est grand temps d'offrir une protection aux ministres fédéraux, comme en témoigne le cas de la ministre Mélanie Joly, prise à partie par un citoyen envahissant qui la filmait ce week-end.

«L'idée des effectifs, qu'il n'y a pas assez d'agents de la GRC, je ne crois pas à ça. Tu n'as pas besoin d'un déploiement comme celui du premier ministre autour de chaque ministre», insiste-t-il.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jonathan Trudeau

Annonces d'Ottawa : «Ça ne fonctionne pas ça!»
Éclipse solaire et journée de congestion routière
«Trudeau a accusé les provinces de manquer d’ambition!»

Vous aimerez aussi

0:00
7:46
0:00
7:12
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Balados du dimanche
En direct
En ondes jusqu’à 20:00