Aller au contenu

Cris, insultes, menaces de mort et coups... la réalité du travail à la DPJ

Cris, insultes, menaces de mort et coups... la réalité du travail à la DPJ
Un jeune en crise / Getty Images

Cris, insultes, menaces de mort et coups: les intervenantes et intervenants de la DPJ et des centres de la jeunesse sont victimes de nombreux actes de violence de la part de parents sans toujours avoir des ressources pour assurer leur sécurité.

Écoutez le responsable national de la protection de la jeunesse à l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Sébastien Pitre, aborder avec Paul Arcand la réalité sur le terrain pour le personnel, lui qui est intervenant depuis 16 ans en centre jeunesse en Gaspésie.

Il explique que les réseaux sociaux sont un moteur pour ceux qui pestent et se contaminent contre la DPJ et que l'institution vit une grande perte d'expertise depuis 2017.

«Les intervenantes sont de plus en plus en surcharge de travail. Une intervenante, en moyenne, serait censée avoir une quinzaine environ de dossiers. C'est sûr que j'image un peu, ça dépend toujours de la complexité de chaque cas. Lorsqu'une intervenante se retrouve à 20 ou 25 dossiers, elle n'a plus le même temps de qualité à donner à l'enfant et à la famille aussi.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

126 personnes victimes d'une fraude «grand-parents»
Collaboration entre Moment Factory et La Sphère de Las Vegas
Deux citoyens visés par une réclamation d'un million de dollars

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les dessous de l'immobilier
En direct
En ondes jusqu’à 12:00