Aller au contenu
Nouvelles maisons d'hébergement

«Pourquoi 900 000 $ la porte? Ça vient d'où? Ça sort d'où ça?» -Paul Arcand

«Pourquoi 900 000 $ la porte? Ça vient d'où? Ça sort d'où ça?» -Paul Arcand
Paul Arcand / Cogeco Média

En réaction à la vague de féminicide, le gouvernement du Québec s'est engagé à permettre la construction de nouvelles maisons d'hébergement pour les femmes, pour les enfants qui sont victimes de violence conjugale. 

Or,selon la ministre de l’Habitation France-Élaine Duranceau, le financement des projets de maisons d'hébergement pour les femmes victimes de violences coûte trop cher. 

Paul Arcand reçoit Maud Pontel, de l’Alliance des maisons d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale pour décortiquer les coûts liés à ces projets de maisons d'hébergement. 


«Pourquoi il faut aménager dans chacune des chambres des entrées pour laveuse sécheuse alors? Une buanderie ferait l'affaire ?» demande Paul Arcand à Maud Pontel.

«Quand on parle des maisons d'hébergement, il y a des dispositifs de sécurité, il y a des espaces d'intervention, des dispositifs de sécurité parce qu'on doit protéger des femmes et des enfants qui fuient, des situations de violence qui sont à risque parfois d'homicide. Et quand on parle d'espace d'intervention, c'est parce que ces personnes-là ont besoin de se reconstruire. Après des situations aussi traumatisantes, on va parler aussi de tout ce qui va être durabilité dans une maison d'hébergement par exemple, de dix places, c'est pas juste dix femmes qui vont être hébergées sur une année, c'est au moins une centaine, donc il va y avoir beaucoup de roulement.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«On a beaucoup planifié et la communication était constante»
«On connaissait la vedette, mais on ne connaissait pas le gars»
«Un peu comme un médecin de famille» -Christine Laliberté

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Balados du dimanche
En direct
En ondes jusqu’à 20:00