Aller au contenu
Un conflit qui s'enlise

Les profs en grève: «Le gouvernement a adopté la stratégie du pourrissement»

Les profs en grève: «Le gouvernement a adopté la stratégie du pourrissement»
Les enseignants de la FAE en grève / Philippe Bonneville / Cogeco Média

Le gouvernement a annoncé, sans surprise, que les examens du ministère de l'Éducation qui étaient prévus en janvier ont été reportés en raison de la grève. 

Un nouveau sondage Léger montre un appui fort de la population envers les enseignants, et ce, même après 21 jours de moyens de pression.

«L'appui demeure et même l'appui est de plus en plus élevé pour les syndicats, a expliqué l'analyste Philippe Léger. Ça, c'est quelque chose de nouveau.»

Même la mairesse Valérie Plante a annoncé mardi qu'elle était derrière les grévistes. 

«C'est quand même assez surprenant que la mairesse de Montréal mette son nez dans les négociations entre les syndicats et le gouvernement. C'est risqué parce que si je suis au gouvernement actuellement, qu'est-ce que je fais? Je sors mon calepin, je prends mon crayon, je prends une note. La mairesse Plante, elle nous a mis des bâtons dans les roues...»

Philippe-Audrey Larrue Saint-Jacques fait sa part

L'humoriste a invité de nombreux d'enseignants en grève à assister gratuitement à son spectacle samedi dernier à L'Assomption.

Les profs ont été longuement ovationnés à la fin, un moment qualifié de «très émouvant» par l'artiste âgé de 36 ans.

«Tous les professeurs que je connais, qui changent des vies, disent que c'est ça. On fait juste notre travail, ça fait partie de notre travail, puis c'est fait avec passion. C'est ça que je trouve génial. C'est qu'ils changent des vies, ils améliorent la société. Ils servent de filet social bien souvent. Pis pour eux, c'est pas extraordinaire, ça fait partie de leur travail et c'est ça. Ils ont mérité l'ovation qu'ils ont reçue, très certainement.»

L'ex-président de la FAE en furie contre le gouvernement

Sylvain Mallette, enseignant de secondaire 5 en histoire du monde contemporain et en éducation financière, accuse le gouvernement de mépriser les profs et d'envenimer la situation.

«Quand un conflit s'enlise, il se radicalise, estime celui qui a été président de la FAE de 2013 à 2022. Je suis un prof d'histoire. Indépendamment des conflits, indépendamment de ce qui l'alimente. C'est une constante. Quand un conflit s'enlise, il se radicalise et le gouvernement a décidé d'adopter la stratégie du pourrissement et il va devoir assumer les conséquences de ce choix-là.»

«Actuellement, ce sont les pédagocrates, les ronds-de-cuir du ministère de l'Éducation qui se servent du ministre Drainville, qui lui assument le rôle d'idiot utile dans cette aventure-là. Et ils exercent une pression sur la négociation.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Philippe Cantin

Le Canada dépensera-t-il 2% de son PIB en dépenses militaires?
«Il faut absolument que le gouvernement donne des réponses»
Le ministre Fitzgibbon blâme de nouveau les journalistes

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En direct
En ondes jusqu’à 10:00