Aller au contenu
Négociations dans le secteur public

80 000 travailleurs de la santé représentés par la FIQ sont de retour en grève

80 000 travailleurs de la santé représentés par la FIQ sont de retour en grève
Louis Lacroix / Cogeco Média

Alors que les 80 000 travailleurs de la santé représentés par la FIQ sont de retour en grève lundi matin et que leur syndicat a déposé une contre-offre visant une augmentation de salaire de 20 % sur quatre ans plutôt que la proposition gouvernementale de 12,7 % sur cinq ans, écoutez la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Julie Bouchard, aborder avec Louis Lacroix les défis de la négociation avec le gouvernement de François Legault.

On aborde les modalités de la contre-offre présentée ce week-end par la partie syndicale et elle explique combien la mobilité tout azimut demandée par le gouvernement est néfaste pour les professionnels de la Santé.

«Pour la flexibilité, si c'est sur une base volontaire, on n'a jamais, jamais, jamais dit à quelqu'un qui était volontaire: "Non, c'est hors de question, tu n'as pas le droit de faire ça". Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Mais là où ça achoppe, c'est lorsqu'on vient dire: "Bien moi ça me prend une infirmière demain matin en chirurgie, je vais prendre une infirmière au scolaire, puis je vais l'envoyer en chirurgie". Peu importe qu'elle ait été formée ou non, peu importe la distance à parcourir...»

Et puis le Front commun?

On revient aussi sur l'avancement des négociations avec les syndicats du Front commun en compagnie du premier vice-président de la Confédération des syndicats nationaux et responsable des négociations, François Enault, alors que le front commun dénonce la décision du gouvernement de ne pas négocier aux tables sectorielles en fin de semaine.

Il soutient que bien qu'on aimerait que le rythme soit plus soutenu, les avancées faites dans les derniers jours dans les négociations sont plus importantes que dans l'ensemble de la dernière année.

«Le gouvernement tente de placer ses priorités aux tables sectorielles, mais il oublie nos priorités. Donc il veut parler des siennes. Il y a de l'argent pour ses priorités à lui. Mais lorsque c'est le temps de parler de nos priorités, il n'est pas là. [...] Moi je continue de penser que le verre est à moitié plein. Je continue de penser que c'est possible d'embarquer, faire des blitz et être capable de régler ça rapidement. Le Front commun a convoqué l'ensemble de ces syndicats les 18 et le 19 décembre. Nous, notre objectif, c'est de présenter une entente de principe dans ces dates-là.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Louis Lacroix

Paul St-Pierre Plamondon est-il «soupe au lait»?
3e place dans un sondage : la CAQ semble en avoir plein les bras aujourd’hui
Le premier ministre français Gabriel Attal est en visite officielle

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 17:00