Aller au contenu

Les universités anglophones s'engagent à franciser au moins 40% des étudiants

Les universités anglophones s'engagent à franciser au moins 40% des étudiants
La commission Normandeau-Ferrandez / Cogeco Média

Pour convaincre le gouvernement de renoncer à doubler les frais de scolarité des étudiants non francophones en provenance du reste du Canada et de l'étranger, les universités anglophones s'engagent à franciser au moins 40% de leurs étudiants. Est-ce que le gouvernement devrait accepter?


Écoutez Nathalie Normandeau et Luc Ferrandez débattre avec Paul Arcand de la francisation des étudiants non francophones dans les universités.


Nathalie Normandeau soutient que «débat-là est parti tout croche».

«La dernière chose que doit faire Québec, c'est de faire preuve d'entêtement.»

«La réalité, c'est que les chiffres démontrent que, depuis 20 ans, les étudiants hors Québec dans nos universités sont demeurés stables. Les universités francophones ont un gain de 7 000 étudiants depuis la réforme de 2018. La réforme de 2018, c'est celle qui permet d'attirer des étudiants en provenance de l'étranger dans nos universités. C'est fondamental parce que monsieur Legault a l'impression que les universités anglophones ont un poids démesuré par rapport à l'accueil des étudiants qui proviennent soit de l'extérieur du Canada ou de l'extérieur du Québec, alors que les chiffres disent le contraire.»

De son côté, Luc Ferrandez soutient que de nombreux étudiants ne restent pas ici après leurs études. 

«Qu'on me dise que les étudiants restent, puis je vais dire c'est une bonne idée de les franciser. Mais si ça retourne à Kitchener, pas besoin de les franciser, donc c'est illusoire. Deuxièmement, on nous dit que de former un étudiant, ça coûte 17 000$ à l'État, je trouve qu'il y a des doutes parce que ce n'est pas parce qu'il y a moins de monde dans chaque classe que ça va coûter moins cher. Donc, ce n'est pas certain qu'il va y avoir une diminution des prix une fois qu'on va avoir des coûts, une fois qu'on va avoir fait la réforme.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

«J'ai de la misère à voir comment il peut se sortir de ce pétrin»
Manger plus de phoque et les bonnes techniques pour maîtriser le BBQ
Tous les yeux rivés vers Gabriel Nadeau-Dubois en fin de semaine

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
En coulisses
En direct
En ondes jusqu’à 20:00