Aller au contenu
«Crépuscule pour un tueur»

«J’ai été soufflé d’abord par le scénario» -Éric Bruneau

«J’ai été soufflé d’abord par le scénario» -Éric Bruneau
Éric Bruneau / La Presse Canadienne / Chris Young

Le nouveau long métrage «Crépuscule pour un tueur» met en vedette l’acteur Éric Bruneau dans le rôle du délateur et tueur à gages pour les Dubois, Donald Lavoie.

En entretien avec Paul Arcand lundi matin, écoutez l’acteur aborder tout d'abord le processus des auditions entourant ce rôle.

«Je l’ai lu d’une traite (le scénario), je n’arrêtais pas d’aller voir sur Internet ce qui était vrai, ce qui n’était pas vrai. J’avais entendu parler des Dubois, espèce de figures mythiques de la criminalité des années 70. Je me rappelle des "Allo police" dans les garages de mes mononcles dans le temps où on les voyait. Mais je ne connaissais pas Donald Lavoie du tout. J’ai été soufflé d’abord par le scénario. [...] Puis le destin de ce gars-là, m’a fasciné. Donc je suis allé à l’audition, je me suis préparé le mieux possible et du moment que j’ai eu le rôle par exemple, après ça, j’ai commencé à prendre conscience de l’ampleur de la chose.»

Éric Bruneau discute de l’importance du rôle, mais aussi l’angle le plus juste possible à aborder pour éviter que son personnage devienne un héros au travers de l’histoire.

Il explique aussi qu’il n’a pas été en mesure de prendre contact avec Donald Lavoie, mais qu’avec tout le matériel de recherche qu’il avait à sa disposition, il en avait assez pour bâtir son personnage et surtout qu’il souhaitait conserver une certaine distance avec la vision du protagoniste sur l’histoire.

«J’ai lu le livre de Stanké, j’ai un petit peu l’impression que Stanké a été séduit par Lavoie aussi dans son livre. Puis j’essaie de garder une certaine distance avec ça. Un moment donné, j’avais assez d’informations et il fallait que je joue le scénario qui était écrit aussi.»

Scénario ajusté pour protéger les victimes

On aborde aussi, au cours de l’entretien, les réactions potentielles qui pourraient survenir à la suite de la diffusion du film dans le monde interlope. Éric souligne toutefois que l’équipe de production a voulu prendre des précautions pour protéger les victimes en modifiant certains éléments, dans le livre, qu'il n’était pas nécessaire d'intégrer dans le film.

On parle aussi de la suite potentielle qui pourrait un jour aborder tout le volet juridique qui n’est pas détaillé dans le long métrage, de même que de la série «Avant le crash», dans laquelle performe aussi Éric Bruneau.

Le film «Crépuscule pour un tueur» prend l’affiche dès le 10 mars.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Du soleil, du beau temps ce week-end, on va en avoir à la pelletée»
Système Phénix: «C'est un fiasco sur le plan numérique et à dimension humaine»
« Beau spectacle, les oeufs ont commencé à éclore» -Frédéric Labelle

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Parlons-nous
En direct
En ondes jusqu’à 20:00