Aller au contenu
Soir de l'élection du PQ en 2012

Attentat du Métropolis : le SPVM et la SQ blâmés par la Cour supérieure

Attentat du Métropolis : le SPVM et la SQ blâmés par la Cour supérieure
Des policiers et des pompiers sont vus derrière le bâtiment du Metropolis de Montréal, le 5 septembre 2012, à la suite de l'attentat de Richard Henry Bain. / Photo d'archives : La Presse canadienne
0:00
8:54

Une faille importante dans le plan de sécurité du Service de police de la Ville de Montréal et de la Sûreté du Québec a permis à Richard Henry Bain de commettre l'attentat du Métropolis survenu le soir de l'élection du Parti québécois en 2012.

Selon un document de la Cour supérieure, cette attaque aurait pu être facilement évitée avec un meilleur plan des corps policiers.

292 000 dollars sont ainsi accordés à quatre survivants, à savoir les techniciens de scène présents le soir de l’attentat : Audrey Dulong Bérubé, Gael Ghiringhelli, Guillaume Parisien et Jonathan Dubé.

Le juge Philippe Bélanger qui fait mention d'une désorganisation policière a écrit : «Par manque de communication et de coordination dans le déploiement de leurs effectifs, tant la SQ que le SPVM ont manqué à leur obligation d'assurer la sécurité du public, en l'occurrence celle des demandeurs, en exécutant un plan de sécurité qui n'assurait aucune protection policière à l'endroit même où devait être évacuée la nouvelle première ministre du Québec à la suite de son discours.»

Vous aimerez aussi

Plus avec Louis Lacroix

Le prince Henry aurait fait appel à un médium pour contacter sa défunte mère
«L'année commence bien pour Félix Auger-Aliassime»
Le gardien d'urgence au Centre Bell passe près de jouer un match
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Balados du dimanche
En ondes jusqu’à 20:00
En direct
75