Aller au contenu
Influenceurs québécois sur le party dans un avion

«Des imbéciles»

«Des imbéciles»
jeunes adultes sur le party
Getty Images / Robert Daly
0:00
29:34
0:00
8:10

Le directeur de l’Observatoire de l’aéronautique et de l’aviation civile, Mehran Ebrahimi n’a pas mâché ses mots pour décrire les comportements dangereux d’un groupe de jeunes adultes qui ont fait le party à bord d’un vol nolisé en direction de Cancún. 

Cette histoire a été rapportée par le journaliste Francis Pilon, du Journal de Montréal. 

Un groupe d’influenceurs québécois étaient à bord d’un vol pour Cancún, le 30 décembre, quand ils ont décidé de faire fi des règles élémentaires. 

Ils se sont levés, ont fumé des cigarettes électroniques, ont bu leur bouteille d’alcool personnelle, ont dansé et chanté sans distanciation physique ni port du masque. Certains ont même eu des ébats sexuels.

Se sentant en danger par la centaine de passagers récalcitrants, le personnel de cabine s’est même réfugié au fond de l’avion.

«Je me dis parfois qu’il y a certainement des limites à la bêtise humaine, mais chaque fois, ces gens-là nous prouvent le contraire. Et là, on a atteint un niveau que je ne sais pas comment qualifier avec des mots polis».

Mais au-delà même des questions sanitaires et de la pandémie, c’est surtout l’aspect de la sécurité qui a retenu l’attention du professeur de l’UQAM.  

«Si vous demandez à un pilote quelle est sa peur ultime? Il va vous répondre un feu à bord. C’est la situation la plus catastrophique parce que la vitesse de propagation est grande et il y a de la fumée et ils ne peuvent pas intervenir»

«Là, on est dans un avion avec des imbéciles – pardonnez ma vulgarité – qui se mettent à fumer. Ça veut dire que les détecteurs de l’avion peuvent déclencher l’alarme. Et les pilotes ont l’obligation de protéger l’intégrité du cockpit quoiqu’il arrive. Et le personnel de bord, face à cette barbarie et sauvagerie, s’est réfugié au fond de l’avion. Alors si le détecteur se déclenche, comment les pilotes peuvent savoir ce qui se passe? C’est une situation absolument incroyable. Le pilote ne sachant pas ce qui se passe aurait pu devoir atterrir d’urgence, ce qui met la vie de ces gens-là et du personnel et des pilotes en danger. Tout ça parce que quelques imbéciles ont envie d’avoir du fun à bord»

«Et si on avait eu des zones de turbulences, ces gens-là qui étaient debout auraient pu avoir des blessures qui sont parfois mortelles si l’avion descend d’un coup de plusieurs mètres. Mais parce qu’ils ont payé et qu’ils veulent se montrer rebelles sur les réseaux sociaux, ils se permettent d’agir en enfants gâtés et de faire n’importe quoi. C’est aberrant»   

Selon M. Ebrahimi, comme plusieurs règles ont été bafouées, une enquête de Transport Canada aura lieu et les passagers récalcitrants pourraient être sanctionnés. 

«Une mutinerie»

En entrevue avec Marie-Claude Lavallée, l'expert en aéronautique et pilote à la retraite, Jean Lapointe, a également dénoncé de tels comportements dangereux. 

«J'ai trouvé ça outrageux, dégradant. En plus de 40 années de vol professionnel, je n'ai jamais vu autant de comportements inacceptables, dangereux et arrogants par autant de passagers en même temps. On parle de party, mais moi, je décris ça plus comme une mutinerie. Le pauvre personnel de bord a été obligé de se réfugier au fond de l'avion devant autant d'agressivité de la part de ces passagers»

La compagnie Sunwing a annulé mardi soir le vol de retour du groupe du Mexique, prévu mercredi, selon Radio-Canada et le Journal de Montréal.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75