Aller au contenu
Album Les jardins dérangés

«C'était un peu de regarder mes imperfections puis de les accepter»

«C'était un peu de regarder mes imperfections puis de les accepter»
Catherine Brisson / Cogeco Média

La chanteuse Andréanne A. Malette a sorti la semaine dernière un tout nouvel album, Les jardins dérangés, un titre reprenant une phrase tirée d'une chanson de Francis Cabrel.

Écoutez la chanteuse discuter de ce que cette phrase lui évoque, vendredi, au micro de Catherine Brisson...

«Francis lui parle peut-être plus d'une histoire d'amour, mais ce que ça évoquait chez moi, c'était plus une espèce de jardin sauvage avec lequel il faut faire la paix. Faire la paix avec nos imperfections. Donc c'était un peu de regarder les mauvaises herbes qui pouvaient pousser en moi, puis de les accepter, parce qu'au final, c'est souvent les mauvaises herbes qui attirent les papillons.» 

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Catherine Brisson

La catastrophe de Megalopolis, le succès de Furiosa
Quand une chanson de Céline a une nouvelle vie
Francis Ford Coppola: «C'est comme s'il n'avait jamais fait de film de sa vie»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 17:00