Aller au contenu

Loi 15: «On veut qu'il la réussisse sa réforme, mais...» -Lucien Bouchard

Loi 15: «On veut qu'il la réussisse sa réforme, mais...» -Lucien Bouchard
Lucien Bouchard / Graham Hughes / La Presse Canadienne

La réforme en santé du ministre Christian Dubé inquiète d’anciens premiers ministres. Daniel Johnson, Pierre Marc Johnson, Lucien Bouchard, Jean Charest, Pauline Marois et Philippe Couillard ont rédigé une lettre qu’ils ont rendue publique, mardi, alors qu'ils se disent préoccupés malgré des amendements faits au projet de loi 15.

En entretien au micro de Paul Arcand, mercredi, écoutez l'ancien premier ministre Lucien Bouchard aborder sa participation au collectif et expliquer ses inquiétudes.

Celui qui a été à la tête du Québec de 1996 à 2001 estime que les amendements du ministre Dubé ne le rassurent actuellement pas du tout.

«Il y a des réformes à faire et on en est conscient. Mais il n'y a pas seulement que la clinique. Il ne faut pas oublier que ce qui fonctionne très bien dans notre système, c'est la recherche, l'enseignement, l'innovation. Et c'est là qu'on trouve ça dans ces institutions-là qui sont créées de génération en génération par des efforts, du talent, des adhésions de cœur. Et là, maintenant, on fait disparaître leur entité corporative des institutions [...] On va démotiver des gens qui font l'excellence!»

L'ancien premier ministre souligne qu'en regroupant les institutions dans une grosse machine, on ne pourra pas sauver des coûts, mais on risque plutôt l'alourdir encore plus.

«Le "mammouth", il va se perpétuer. En fait, le mammouth, il a toujours rêvé de prendre le contrôle de ces institutions-là, mais chaque fois qu'il y a eu des réformes, il y en a eu beaucoup de réformes au Québec, il y a eu des regroupements importants aussi encore les récentes réformes du gouvernement précédent, on n'a jamais touché à l'identité corporative, au caractère distinctif des institutions.»

Il souligne qu'il respecte le ministre Dubé et qu'il souhaite voir sa réforme fonctionner, mais qu'on doit éviter de tomber dans les solutions globales et générales.

«Ça nous est arrivé à tous, dans l'enthousiasme, de vouloir régler un problème là, on fait du mur-à-mur! On passe en face une grosse patente... là on va les régler les problèmes! Mais il y a des choses qu'on oublie.»

On aborde aussi la question de la culture de l'institution du ministère de la Santé qui échappe selon lui presque totalement au contrôle.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Il faut que tu restes le même gars que tu es» -Paul Arcand
«Il faut avoir la capacité de s'indigner»- Paul Arcand
«La grande qualité de Paul, c'est de nous permettre d'être nous-même»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
La nuit en direct
En direct
En ondes jusqu’à 03:00