Aller au contenu
Le CF Montréal travaille avec un très petit budget

Joey, pousse, mais pousse égal!

Joey, pousse, mais pousse égal!
Joey Saputo / Photo : Alessandro Sabattini / Intermittent / Getty Images Europe / Getty Images

À l’aube du début de la saison locale du CF Montréal, l’ambiance est plutôt morose autour du 11 montréalais qui a débuté la saison 0-3, après trois défaites par blanchissage sur la route.

L’infirmerie déborde, les vétérans réclament du renfort et le directeur sportif Olivier Renard fait de son possible, avec les armes qu’on lui donne.

Malgré tout cela, les partisans sont fidèles au poste. Lors d’un lancement de la saison réussi mardi soir au Club Soda, le président de l’équipe Gabriel Gervais indiquait au micro du 98.5 Sports que la vente des billets allait bien et que près de 20 000 billets avaient déjà trouvé preneur.

C’est un message fort de la part des amateurs, qui, malgré les embûches, ont décidé de continuer de soutenir leur équipe.

Mais il y a tout de même des limites. La grogne s’installe et le début de saison n'en est pas nécessairement la seule cause. Le problème serait plutôt les décisions prises par le propriétaire.

Tomber en amour avec l’avarice

En 2022, Renard et son assistant Vassili Cremanzidis ont fait des miracles avec le budget octroyé par le propriétaire Joey Saputo. Non seulement le club a été en mesure de vendre plusieurs joueurs à fort prix, mais l’équipe est demeurée plus que compétitive sur le terrain.

Comme mentionné précédemment, les deux acolytes ont tellement bien réussi, qu’ils ont fait trembler leurs homologues lors de certaines négociations subséquentes.

Mais l’élastique, qui était déjà étiré au maximum, vient littéralement de se sectionner. Pourquoi Saputo voudrait-il maintenant fouiller dans sa poche, en constatant que la formule ‘moneyball’ a si bien fonctionné en 2022?

C’est ainsi qu’on se présente en 2023, avec une multitude de jeunes joueurs sans expérience de la MLS. On a beau avoir une majorité de vétérans sur le terrain en début de match, mais lorsque Losada regarde vers le banc en fin de match, là où les rencontres se décident, c’est très mince côté expérience.

Le coach l’a dit lui-même cette semaine : « Nous avons 13 joueurs de 20 ans ou moins dans l’équipe! » Ce n’est pas peu dire. C’est bien beau vouloir faire confiance aux jeunes, mais trop c’est comme pas assez.

En réalité, le CF Montréal aura, cette saison, l'une des plus petites masses salariales de la ligue (entre 8 et 10M$). Il s’avère qu'il est aussi l’équipe dépensant le moins sur le marché des transferts. Le budget octroyé aux dirigeants, mis à part l’argent d’allocation de la ligue, c’est zéro!

Avec énormément d’honnêteté, Renard s’essouffle à dire à qui veut bien l’entendre, « Nous faisons avec le budget qu’on nous donne. »

Pas seulement sur le terrain

Le chiffre de zéro semble aussi être le montant octroyé au département marketing. Encore une fois cette année, il ne s’est absolument rien passé en matière de la promotion de l’équipe durant l’hiver. Pas de tournée style « caravane », pas de publicité à la télévision, pas de panneaux sur les autoroutes (à part ceux de RDS), pas de spectacle au match d’ouverture comme le faisaient à l’époque les Expos, rien.

Lors d’une entrevue au podcast IMFC Radio, Renard a aussi expliqué que l'une des raisons pour lesquelles l’équipe n’avait pas de club réserve dans la ligue mineure (la MLS Next Pro) était l’argent.

On parle selon lui d’un investissement d’environ 2,5M$.

Pour un club qui se dit vouloir être une équipe formatrice, et qui vient de vendre cinq joueurs pour près de 20M$, il faut admettre que c’est une étrange manière de penser. Les 28 autres équipes choisissent d’opérer ainsi, mais pas l’Impact.

Renard a aussi tenu à remettre les pendules à l’heure en clarifiant qu’il faut cesser de dire que l’équipe joue pour gagner un titre et qu'étant donné le budget, il faut être réaliste avec nos attentes.

Je me demande bien alors ce qu'il reste pour maintenir l'intérêt des partisans sur le long terme? Franchement, je ne le sais pas. 

Et pourtant…

Pourtant, les abonnements de billets de saison sont passés de 5000 à 8000 depuis la pandémie, des sommes continuent d’entrer via l’expansion chaque année, les clubs n’ont jamais autant encaissé d’argent via les droits de télévision, l’Impact attend aussi un chèque de la FIFA pour la présence de ses membres à la Coupe du monde, sans compter les montants d’argent liquide et d’allocation reliés aux ventes de joueurs. Alléluia! 

Le Fire de Chicago a annoncé cette semaine vouloir bâtir un complexe d’entraînement pour son équipe au coup de 80M$. C’est le double du prix du stade le moins coûteux de la MLS, le Stade Saputo, qui à la base, a coûté 40M$.

Bouger avant qu’il ne soit trop tard

Il semble y avoir consensus dans le groupe de joueurs vétérans ; de l’aide est nécessaire. Les partisans et les membres des médias semblent du même avis.

Clairement, à l’intérieur du vestiaire, ça commence à bouillir et ce n’est qu’une question de temps avant que ça explose. Espérons que l’on permettra au département sportif de bouger avant la fermeture du mercato, et qu’à ce moment, il ne sera pas trop tard.

Si le CF Montréal était la propriété d’un groupe plus modeste, il faudrait bien accepter la façon actuelle de faire les choses, mais ce n’est pas le cas du tout. Saputo est riche aux As et peut se permettre d’aider ses hommes à travailler convenablement.

Il faut cesser de dire que Montréal est un petit marché de la MLS. À 4,5 millions d’habitants, nous avons tout pour rivaliser dans cette ligue, il faut maintenant que le propriétaire commence par donner l’exemple.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les meilleurs moments
En direct
En ondes jusqu’à 04:30