Aller au contenu
Il en veut encore plus

Jean Pascal, envers et contre tous

Jean Pascal, envers et contre tous
Jean Pascal et Michael Eifert / Jeremy Filosa 98.5 Sports

À 40 ans, le boxeur Jean Pascal va tenter de prouver jeudi soir qu’il a encore ce que ça prend pour aller livrer un autre combat de championnat du monde.

Il affrontera le jeune allemand de 26 ans Michael Eifert (11-1) à la Place Bell de Laval.

Pascal (36-6-1) a été champion du monde à deux reprises, portant jusqu’à 5 ceintures autour de sa taille lors de sa longue carrière de 18 ans.

Mais en dépit de ses réussites, Pascal a le désir de toujours vouloir ajouter à son palmarès. Advenant une victoire, il deviendra aspirant obligatoire au titre de championnat du monde de la IBF appartenant à Artur Beterbiev.

«Si je gagne ce combat, c’est donc dire que je remonte près des plus hauts sommets de mon sport. Ça veut dire que je me suis mérité un autre combat de championnat du monde.»

S’il n’avait pas testé positif, Jean Pascal serait presque assuré d’avoir sa place au temple de la renommée de la boxe. Mais cet échec le force à devoir continuer de se surpasser pour faire l’unanimité, une fois rendu là. 

D’autres boxeurs qui ont aussi testé positif ont fait leur entrée au Temple, comme Roy Jones, récemment.

«Pour moi c’est clair que Jean sera un membre du temple de la renommée un jour», a indiqué en point de presse le réputé promoteur Lou Dibella, lui-même un membre de Temple à Canastota.

«Jean, c’est un guerrier, il n’a reculé devant personne. C’est un phénomène de la nature. De continuer à être aussi compétitif à son âge le prouve. C’est un boxeur unique, il a du Arturo Gatti en lui. Il n’abandonne jamais.»

Selon Dibella, son test positif ne devrait pas l’empêcher d’y accéder un jour.

« Il ne faut pas banaliser ce qu’il a fait. Il s’est fait prendre et il a payé le prix. Il a perdu ses titres, perdu sa bourse et a été suspendu. Je sais qu’il a passé un moment très difficile après cette épreuve, mais il n’est pas le seul. Malheureusement à la boxe, ce n’est pas aussi bien légiféré que d’autres sports. »

Peut-être la dernière fois

Yvon Michel a indiqué que 2000 billets avaient trouvé preneur. Il s’attend à une bonne vente durant la semaine menant au combat. Mais il s’inquiète à savoir si certains ne se rendent pas compte que ce sera peut-être leur dernière chance de voir Pascal en action.

À 40 ans, il n’est pas impossible qu’une défaite signifie la fin de sa carrière. S’il l’emporte, son combat de championnat n’aura peut-être pas lieu au Québec.

En ce sens, Michel a pris le contrôle de la conférence de presse pour rappeler au public tous les grands accomplissements de la carrière de son protégé.

«J’ai voulu mettre l’emphase pour rappeler aux gens que nous avons devant nous un boxeur générationnel. Nous avons été choyés dans les dernières années en ayant de grands boxeurs ici au Québec qui nous ont emmené des évènements de très grande envergure. Jean est le dernier de cette génération, ça n’arrivera plus une ère comme celle-là. J’espère que les gens viendront le supporter jeudi soir.»

De son côté, Pascal ne peut être plus heureux que de renouer avec les amateurs après une absence de 5 ans, durant laquelle il a livré 4 combats sur la route.

«Je me suis ennuyé d’avoir mon public derrière moi pour m’encourager lors des moments importants du combat. Je ne pensais plus encore avoir des papillons à l’aube d’un combat, mais je sens que ça s’en vient. Tout ce que je veux c’est d’offrir un bon combat aux amateurs qui se présenteront.»

Pascal ne s’est pas gêné en prédisant qu’il battrait le jeunot par K.O. jeudi soir. Même chose pour son entraineur Orlando Cuellar qui a indiqué avoir une confiance inébranlable pour son boxeur.  

Et s’il l’emporte?

Normalement, si Jean Pascal gagne jeudi soir, il deviendra l’aspirant obligatoire au titre de champion du monde de la IBF d’Artur Beterbiev.

Récemment, l'entraineur de Beterbiev et ex-entraîneur de Pascal, Marc Ramsey, a indiqué que jamais ce combat n’aurait lieu.

Selon Dibella, d’autres options s’offrent à lui si c’était le cas.

«Il peut laisser le titre vacant s’il ne désire pas affronter Pascal. On pourrait à ce moment affronter un autre boxeur. Il faut aussi comprendre que si Beterbiev affronte Dmitry Bivol en combat d’unification, Pascal pourrait devoir attendre plus longtemps que prévu. Sinon, je vais aller voir ailleurs s’il y a d’autres possibilités de boxer dans un autre grand combat d’envergure.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Bonsoir les sportifs
En direct
En ondes jusqu’à 00:00