Aller au contenu
Entrevue avec le père de Félix Auger-Aliassime

«Félix a eu la chance de jouer dans la cour des grands» -Sam Aliassime, son père

«Félix a eu la chance de jouer dans la cour des grands» -Sam Aliassime, son père
Félix Auger-Aliassime a remporté son premier titre en carrière sur le circuit de l’ATP, dimanche.
Photo AP/Peter Dejong

Félix Auger-Aliassime a remporté son premier titre en carrière sur le circuit de l’ATP, dimanche dernier, en battant Stéfanos Tsitsipás en deux manches de 6-4 et 6-2 au tournoi de Rotterdam, aux Pays-Bas.

Son père, Sam Aliassime, responsable de l’Académie qui porte son nom au Club Avantage de Québec, se dit ravi et soulagé de la victoire de son garçon. 

«J'ai accueilli sa victoire avec grand soulagement et beaucoup de joie. Il a quand même passé à côté d'un gain au cours de huit finales. Il a toujours continué à progresser. En début de saison, je le sentais prêt. De nouvelles choses sont en place. En plus, il y a encore place à l'amélioration, donc il va dans la bonne direction.» 

Cette récompense fait du bien à Félix Auger-Aliassime, d’autant plus que le Grec est classé quatrième raquette mondiale et que le Québécois avait perdu les huit finales auxquelles il avait participé dans sa carrière dans l’ATP. 

Par ailleurs, Félix Auger-Aliassime connaît un début de saison remarquable. En janvier, notamment, il a aidé le Canada à remporter le premier titre de son histoire à la Coupe de l’ATP.

«Ça prend de la maturité et de l'expérience pour jouer autant de matchs de haut niveau. Félix a eu la chance de jouer dans la cour des grands. Physiquement, il est plus fort. Il n'a plus le corps d'un jeune de 16 ans.»

Un peu plus tard, il s’est incliné devant Daniil Medvedev en quarts de finale aux Internationaux d’Australie. Le Russe est deuxième joueur au monde.

Grâce à la victoire contre Tsitsipás, il s’est hissé au neuvième rang mondial, un sommet personnel. En plus, il est devenu le premier athlète masculin québécois à remporter un titre en simple sur le circuit de l’ATP. De toute évidence, il inspire plusieurs jeunes au Canada.

Vous aimerez aussi

Plus avec Mario Langlois

«Mesar m'a vraiment impressionné» -Nick Suzuki
«Slafkovsky sera au Canadien ce que Gronkowski a été aux Pats» -Mario Langlois
Pierre Gervais : le lait au chocolat de Nick Suzuki et… la coupe aux lèvres
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Sans réserve
En ondes jusqu’à 15:00
En direct
75