Aller au contenu
Il veut continuer d'écrire l'histoire

Boxe : Jean Pascal ne veut pas penser à Beterbiev trop vite

Boxe : Jean Pascal ne veut pas penser à Beterbiev trop vite
Jean Pascal / Jeremy Filosa
0:00
11:17

(South Beach, Miami) – C’est dans le suffocant gymnase de South Beach que le boxeur québécois Jean Pascal s’entraîne pour son prochain combat.

Il a beau garder le focus sur son prochain adversaire du 16 mars prochain à la Place Bell à Laval Michael Eifert, il reste que c’est difficile de ne pas penser à la suite des choses.

On parle ici d’un combat éliminatoire qui ferait du gagnant l’aspirant obligatoire au titre mondial IBF d’Artur Beterbiev.

Selon les dires du promoteur Lou Di Bella, ce combat aurait lieu dans l’année qui suivra ce combat.

«Je ne pense pas à Beterbiev pour le moment. Je me concentre sur Eifert. On verra ensuite, si Beterbiev est toujours le champion, j’aurai mérité ce combat contre lui. Ce serait extraordinaire pour les partisans. Pour l’instant je vais me concentrer sur le spectacle que je veux donner le 16 mars.»

Pascal reconnaît par contre que le dénouement de la soirée aura un impact direct sur la suite des choses.

«J’invite tous les partisans de boxe à venir me voir le 16 mars, car si nous réussissons à attirer une belle foule, nous aurons tous les arguments nécessaires pour convaincre les promoteurs que le combat de championnat du monde face à Beterbiev doit aussi avoir lieu au Québec.»

Pascal a avoué qu’il vivra quelque chose de spécial lors de son prochain combat, lui qui n’a pas livré de combat au Québec depuis 2018.

L’âge n’est qu’un numéro

À 40 ans, Jean Pascal continue de défier les lois de la logique. Lorsque questionné sur son conditionnement, son entraîneur Orlando Cuellar a été assez clair, Pascal est un phénomène hors du commun.

«Quand j’évalue un boxeur, je ne regarde pas seulement l’âge, mais je regarde ce qu’il fait à l’entraînement dans le ring. Nous avons des statistiques qui nous montrent que Jean est encore en excellente forme physique. Il garde toujours un bon fond, c’est clair qu’il prend un soin jaloux de lui-même. Donc lorsqu’il arrive ici, c’est facile de monter la pente. Bien franchement, des volées, dans le ring à l’entraînement, il en donne pas mal plus qu’il en reçoit.»

Le Pascal d’aujourd’hui n’est plus le même boxeur que celui que l’on a connu dans le passé, et le principal intéressé le reconnaît.

«Totalement différent, le Jean Pascal d’il y a 10-15 ans se fiait beaucoup sur son instinct, sa vitesse et ses habiletés physiques et athlétiques. Aujourd’hui, je prends un peu exemple sur Bernard Hopkins et Roy Jones. Je dois m’ajuster, c’est important, car je suis moins vite et moins fort aujourd’hui.»

En date d’aujourd’hui, Pascal a encore 14 livres à perdre avant la pesée, lui qui paraît quand même très bien physiquement.

Le Lavallois demeurera en Floride jusqu’à la semaine avant le combat. 

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez sur le lien ci-haut.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Vous aimerez aussi

0:00
7:28
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En direct
En ondes jusqu’à 00:00