Aller au contenu
En dépit du revers en prolongation

«J'ai aimé comment on a géré nos émotions» -Martin St-Louis

«J'ai aimé comment on a géré nos émotions» -Martin St-Louis
/ Jeff Vinnick/Getty Images
0:00
17:21

Le résultat, indiscutablement, était décevant. Mais comme il l’a fait si souvent cette saison, l’entraîneur Martin St-Louis préférait voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide au terme du revers de 7-6 en prolongation contre les Canucks de Vancouver.

« C’est un match pas mal bizarre, parce qu’on aurait pu perdre 2-0 en partant. Sam nous a permis de rester dans le match, et là, on mène 4-0. 

« Ce n’est pas facile de jouer contre des équipes quand tu mènes 4-0, parce qu’elles vont souvent « tricher » plus. J’ai bien aimé notre deuxième… On aurait pu être à 5, 6-0 en deuxième et on n’a pas été capable de marquer de 5e but. Et on s’est fait pogner en fin de deuxième…

« Un mauvais bond, c’est sûr, en arrière du filet... Un défenseur qui tombe… On n’est pas capables de changer nos défenseurs. En troisième… C’était tough, la troisième. De ce côté-là, quand ils marquent trois buts de même… Mais j’ai aimé la bataille des boys et c’était un match assez contraignant, émotionnellement. »

C’est d’ailleurs pour cette saison que St-Louis a demandé un temps d’arrêt avec 11 minutes à faire dans la troisième période, lorsque les Canadiens étaient en déficit de 5-4.

Et ils ont comblé l’écart.

« C’est plate, mais pour moi, il y a tellement plus de positif que de négatif dans ce match. Le résultat est négatif, mais je suis content comment on a géré les émotions de ce match-là… De continuer à jouer. »

Et, non, malgré l’avance de 4-0 perdue, St-Louis n’avait pas l’intention de briser des bâtons dans le vestiaire. Il a même ri quand un journaliste a fait ce commentaire.

« On est sorti du temps d’arrêt et on a continué à jouer ce match. La leçon, c’est qu’il n’y a jamais un jeu, une action qui peut, peut-être, ne pas faire la différence. Tous les jeux ont une importante valeur.

« Au plan émotif, c’est plate. Tu mènes 4-0, tu te sens super bien. Quand j’ai demandé le temps d’arrêt, c’était pour gérer les émotions. La réalité c’est ce qu’on fait à partir de ce moment. »

Vous aimerez aussi

Plus avec Dany Dubé

Canadiens-Sénateurs: Montage musical du match
Semaine de pause: qui gagne au change?
«C’est un beau message, c'est une belle opportunité» -Rafaël Harvey-Pinard
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
L'effet Normandeau
En ondes jusqu’à 12:00
En direct
75