Aller au contenu
Élections Québec 2022

«Souvent, François Legault est d’abord le chef de la CAQ et après le PM»

«Souvent, François Legault est d’abord le chef de la CAQ et après le PM»

Quel a été le bilan du premier ministre François Legault depuis quatre ans, au moment où le Québec est plongé dans une campagne électorale? Patrick Lagacé brosse le portrait de ce dernier.

François Legault, le chef de la Coalition avenir Québec, ayant refusé l’invitation de venir défendre son bilan et de présenter ses engagements à venir à l’émission Le Québec maintenant – tout comme Éric Duhaime -, l’animateur Patrick Lagacé a brossé le portrait des quatre dernières années.

La personnalité

« Le courant passe entre les Québécois et le premier ministre. C’était vrai avant la pandémie. La pandémie a renforcé ce lien-là. On peut parler de sa capacité à s’excuser. Et puis, François Legault parle vrai, aussi, il cultive un style authentique qui faisait cruellement défaut à Philippe Couillard, par exemple.

« Il plaît beaucoup aux électeurs francophones plus âgés, aussi. Les jeunes sont très attirés par QS et par le Parti conservateur. Je pense que c’est une évidence : M. Legault a renoué avec une forme de nationalisme québécois qui existait par défaut dans les années 1970, 1980 et 1990 - pas juste chez les leaders souverainistes, même Robert Bourassa, à sa façon, était un nationaliste. Jean Charest n’était pas nationaliste. Philippe Couillard, encore moins. »

Le style Legault

L’animateur relève quelques coups de gueule du premier ministre ces derniers mois : quand il a qualifié la députée Christine Labrie de « Mère Teresa », Dominique Anglade de « cette madame » et sa déclaration envers le député libéral Pierre Arcand:« Y’est pas mort, lui? »

« Bref, Monsieur Legault est souvent mesquin. Lui-même a reconnu qu’il doit respirer par le nez, en 2021. Le PM voit les contradicteurs, les adversaires comme des irritants. Sauf que ça fait partie de la démocratie de se faire décoiffer, quand on est premier ministre. Quand t’es PM, t’es pas juste un chef de parti. Souvent, je trouve que François Legault est d’abord le chef de la CAQ et, après, le PM du QC. Souvent incapable de s’élever au-dessus de la mêlée partisane.

« Le style Legault, à son meilleur, c’est celui du début de la pandémie. Quand il fallait rassembler, rassurer. J’ai été impressionné par le François Legault de la première partie de la pandémie, disons l’année 2020 (…). Le gouvernement a fait preuve de leadership en matière de vaccination. Ça a permis d’éviter un désastre encore plus grand dans les hôpitaux. Ça a permis d’avoir une surmortalité plus basse qu’ailleurs. » 

L’animateur relève toutefois plein d’aspects de la gestion ratée durant la pandémie : l’arrivée du variant d’Omicron, les vecteurs de transmission dans les écoles, les ratés d’Horacio Arruda – demeuré trop longtemps en poste.

Le legs politique

« Monsieur Lévesque voulait un pays, il ne l’a pas eu, mais il a lancé plein de réformes, des petites révolutions: sur le financement électoral, la protection du visage français du Québec, la protection du territoire agricole, la fin du far west dans l’indemnisation des accidentés de la route… Monsieur Bourassa: les grands barrages, ça nous a rendus plus riches, à plein d’égards. C’est une énergie propre, aussi. Bel héritage. Je pense aussi au réseau de CPE, créé sous l’impulsion de Madame Marois dans le gouvernement Bouchard, qui a permis d’enrichir la société parce que des milliers de femmes ont pu accéder plus facilement le marché du travail. Jean Charest? Je vois rien. Désolé. Un gouvernement d’affairistes.

« Ce qui me ramène à François Legault. S’il décidait d’aller planter des tomates demain: ce serait quoi, son leg, au PM ? La fierté ? C’est un concept difficile à cerner, qui laisse assez peu de traces. C’est quoi le réseau de CPE, la Loi 101, les barrages de M. Legault? Je ne sais pas. Je ne vois pas. La Loi 21? Désolé, ça n’aura jamais le même impact, la même importance que la Loi 101, dont on peut statistiquement évaluer les bienfaits pour la pérennité du français. Et là, je vois aller M. Legault en campagne… « Continuons », c’est le slogan. Mais « Continuons » quoi ? Avec son immense capital politique, il veut faire quoi, François Legault ?

« Je conclus sur les points où le style Legault — la forme — croise le fond des choses…

« Quand il refuse d’aller faire un débat chez les Anglos, c’est assez clair qu’il envoie le message que les Anglos ne comptent pas. Si Parizeau, si Lévesque étaient capables de débattre chez les Anglos: M. Legault devrait le faire. Les Anglos-Québécois sont des Québécois.

« Quand il casse du sucre sur les gens de Montréal en perpétuant qu’ils regardent de haut les gens de Québec, M. Legault perpétue les mêmes guéguerres très chères au cœur des animateurs de radio-poubelle. Et y a ses propos sur l’immigration, quand le PM dit ça, il encourage les Québécois qui ont peur des immigrants à ne pas mettre leurs préjugés de côté, à être encore plus frileux. M. Legault parle toujours de l’immigration comme si c’était JUSTE un problème. »

« Bref, s’il était venu au micro, je lui aurais demandé, à M. Legault : pourquoi il est pas plus zen… Pourquoi il est si souvent méchamment partisan? »

Vous aimerez aussi

Plus avec Patrick Lagacé

Viking: «Ça a plus à voir avec la téléréalité que la science-fiction»
Quiz: Des chiffres et des nombres
Quelles ont été les grandes erreurs/gaffes en campagne électorale?
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Hockey des Canadiens
En ondes jusqu’à 22:00
En direct
75