Aller au contenu
Un VUS qui s’inscrit à la mode aventure

Essai du Ford Expedition Timberline 2022

Essai du Ford Expedition Timberline 2022
Ford Expedition Timberline 2022
Auto123.com

Ford Expedition Timberline 2022, profil

Auto123 met à l’essai le Ford Expedition Timberline 2022.

Depuis quelques mois, il ne se passe pas un mois sans qu’un constructeur ne dévoile un nouveau modèle à vocation aventurière. La mode du véhicule passe-partout est bien réelle et s’avère même une bonne nouvelle pour ceux et celles qui trouvent que la catégorie des multisegments est parfois trop sage au niveau du design.

Les Ford Bronco Sport Badlands, Jeep Cherokee Trailhawk et Subaru Forester Wilderness de ce monde ne sont que quelques exemples parmi la horde de nouveaux modèles abordables, mais il y a également les gros véhicules qui peuvent jouer la carte « plus robuste que la moyenne » comme le nouveau Toyota Sequoia TRD Pro, le Chevrolet Tahoe Z71 ou même le nouveau Ford Expedition Timberline qui vient prêter main forte au Ford Explorer tatoué du même écusson.

Tremor pour les camionnettes, Timberline pour les utilitaires
Je me dois de féliciter les stratèges de Ford pour avoir accouché d’un autre nom original pour « transformer » sa gamme de VUS en véhicules aux allures plus robustes. Le Ford Expedition Timberline, bien qu’il n’ait ce qu’il faut pour suivre le Raptor, s’avère tout de même la livrée la mieux outillée pour affronter des conditions hors route. Sa garde au sol de 10,6 pouces est tout de même 0,8 pouce plus haut que celle des versions plus régulières du mastodonte. L’ajout de pneus tout terrain, une gracieuseté de Goodyear, monté sur des jantes exclusives noir lustré, est un indice des capacités accrues du VUS. Sous le capot, la livrée Timberline a droit à la version la plus puissante du V6 EcoBoost de 3,5 litres, le moulin qui livre 440 chevaux et 510 lb-pi de couple.

Consultez les véhicules à vendre près de chez vous

Ford Expedition Timberline 2022, calandre

Finalement, la présence d’écussons Timberline sur les piliers C, sans oublier ces bandes orange à l’avant du camion qui confirment le caractère particulier de cette version légèrement remaniée. Sachez que sous le véhicule, des plaques de protection empruntées au F-150 Raptor complètent l’ensemble.

Visuellement, l’Expedition Timberline n’essaye pas de trop en faire, un peu à l’instar de la finition Tremor pour les pickups de la marque. Bref, il ne serait pas surprenant, dans un avenir rapproché, de voir le nom Timberline apposé sur les flancs du Ford Escape par exemple.

Ford Expedition Timberline 2022, volant, tableau de bord Ford Expedition Timberline 2022, deuxième rangée

De l’espace à revendre
Il est difficile de prendre en défaut le plus imposant des utilitaires de Dearborn. Le Ford Expedition est en effet assez logeable, et ce, même si le coffre n’est pas très grand lorsque la troisième banquette est relevée. En revanche, abaissez les deux rangées de sièges arrière et l’Expedition se transforme presque en camionnette pour le transport d’objets encombrants. Les espaces de rangement sont nombreux, tout comme celui pour la tête ou les jambes des occupants. Quant à l’avant, les deux passagers ne manquent absolument pas d’espace.

La planche de bord est également de son temps avec un vaste écran central et tactile emprunté au Mustang Mach-E. Notez que ce dernier fait partie du groupe optionnel 501A qui ajoute un supplément de 7 570 $ à l’équation. Sans cette coûteuse option, le VUS sortirait de l’usine avec un écran plus conventionnel et une série de molettes pour le contrôle de la climatisation. Derrière le volant, l’écran de 12,4 pouces (en diagonale) complète l’univers digital du véhicule.

L’imposante surface tactile au centre de la planche de bord est certainement impressionnante, mais pour certaines commandes du quotidien comme la climatisation par exemple, je préfère encore de bonnes vieilles molettes. N’empêche, on finit par s’habituer à cet univers tactile. Heureusement, il y a encore une ambiance de camionnette à bord, les stratèges qui ont laissé quelques boutons ici et là, question de ne pas trop déboussoler les habitués.

Ford Expedition Timberline 2022, moteur

Le « gros » moteur
Sous le capot, l’Expedition Timberline profite de la version la plus puissante du V6 EcoBoost de 3,5-litres, le moulin qui livre tout de même une puissance de 440 chevaux et un couple de 510 lb-pi de couple. Autrement dit, l’Expedition Timberline n’a aucune misère à s’élancer lors des départs arrêtés ou même sur l’autoroute lorsqu’est venu le temps de dépasser un véhicule ou simplement pour accélérer. Et la boîte de vitesses automatique à 10 rapports travaille plutôt bien avec le 6-cylindres, quoique j’ai noté quelques « à-coups » occasionnels lors de reprises un peu plus corsées.

Il sera intéressant de surveiller les prochains coups d’éclat de Ford, car l’Expedition est un candidat idéal pour accueillir toute la quincaillerie électrique du F-150 Lightning. Gageons que les stratèges planchent déjà sur un concept similaire, mais pour le moment, cette idée ne semble pas être la priorité du géant américain.

Continuez à la page suivante

Ford Expedition Timberline 2022, trois quarts arrière

Au volant
Jadis, les gros VUS étaient réputés pour leur inconfort de camionnette, mais de nos jours, les énormes progrès en matière de suspension et d’insonorisation ont permis aux ingénieurs de transformer ces gros véhicules en de véritables salons roulants. D’ailleurs, le simple fait que cette version soit équipée de jantes de 18 pouces enveloppées par des pneus tout terrain garantit une meilleure absorption des trous dans la chaussée, contrairement aux sabots de 22 pouces disponibles sur d’autres livrées.

Qui plus est, l’Expedition a toujours été réputé pour son confort général, le véhicule qui n’a rien d’un véhicule sportif avec sa suspension « guimauve ». Finalement, l’insonorisation du véhicule transforme le gros Ford en un cocon idéal pour la marmaille lors des voyages en famille, soit exactement la mission première de l’utilitaire pleine grandeur.

Outre les accélérations impressionnantes pour un véhicule aussi lourd, le Ford Expedition n’est pas au top de la liste des véhicules les plus excitants au sein de l’alignement de la marque. Comme je l’ai mentionné plus tôt, le gros utilitaire mise surtout sur le confort de ses occupants et, dans ce cas bien précis, sur des capacités hors route accrues. Mais pour l’agrément de conduite, l’Expedition Timberline ne rehausse pas tellement le niveau d’adrénaline ressenti au volant.

Ford Expedition Timberline 2022, roues

Sans surprise, le plus lourd des utilitaires Ford vient avec une soif importante, la moyenne de consommation estimée par l’ÉnerGuide canadien qui est de 13,5 L/100 km, contre 13,9 L/100 km lorsque le véhicule est dépourvu du système arrêt-démarrage. Pour ma part, j’ai plutôt obtenu une moyenne de 14,9 L/100 km, un résultat que j’attribue à une utilisation plus urbaine qu’à l’habitude. Il faut en effet être assez doux avec la pédale de droite pour que le V6 EcoBoost ne consomme pas trop.

Le mot de la fin
Le coût de l’essence depuis quelques mois fait mal à l’attrait de ces gros véhicules utilitaires, mais pour le reste, l’Expedition Timberline 2022 ne fait que suivre la tendance du moment avec cette livrée conçue pour l’aventure. En revanche, l’Expedition n’est clairement pas le meilleur véhicule Ford pour s’aventurer loin du bitume – le constructeur compte désormais sur le Bronco –, mais pour ceux et celles qui recherchent beaucoup d’espace et une capacité de remorquage de pickup, cette livrée de l’Expedition est peut-être la solution.

Ford Expedition Timberline 2022, hayon

On aime

Confort général
Qualité d’assemblage
Capacités hors route intéressantes

On aime moins

Consommation de carburant importante
Un véhicule plus difficile à stationner
Pas la meilleure tenue de route

La concurrence principale

Chevrolet Tahoe / Suburban
GMC Yukon / Yukon XL
Jeep Wagoneer / Grand Wagoneer
Nissan Armada
Toyota Sequoia

Ford Expedition Timberline 2022, arrière

Essai du Ford Expedition Timberline 2022 : un VUS qui s’inscrit à la mode aventure

Photo 1

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 2

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 3

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 4

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 5

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 6

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 7

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 8

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 9

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 10

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 11

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 12

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 13

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 14

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 15

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 16

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 17

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 18

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 19

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 20

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 21

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 22

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 23

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 24

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 25

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 26

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 27

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 28

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 29

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 30

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 31

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 32

Source: V.Aubé | Auto123.com

Photo 33

Source: V.Aubé | Auto123.com

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En ondes jusqu’à 10:00
En direct
75