Aller au contenu

Aide médicale à mourir: le fédéral repousse l'aide pour les cas de santé mentale

Aide médicale à mourir: le fédéral repousse l'aide pour les cas de santé mentale
Aide médicale à mourir / Getty Images

Les personnes atteintes de maladie mentale désirant se prévaloir de l’aide médicale à mourir devront attendre en 2025 pour savoir s’ils y ont droit.

Le gouvernement fédéral a décidé de repousser une fois de plus l’entrée en vigueur de l’aide médicale à mourir pour les personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale.

Écoutez le président de la Commission sur les soins de fin de vie, Michel Bureau, aborder avec Paul Arcand cette décision gouvernementale.

«Je suis d’accord avec le report du fédéral et je pense qu’il va durer plus longtemps qu’un an. Les sociétés québécoise et canadienne ne semblent pas prêtes à passer à cette étape de couvrir ceux qui ont un trouble mental pour l’aide médicale à mourir.»

Monsieur Bureau souligne que le cheminement de tels changements sociaux progresse toujours en fonction du consensus social et que ceci prend évidemment du temps pour que les projets soient mieux ficelés et mieux développés.

«Est-ce qu’un jour on arrivera là? Je crois. On va parfaire les mécanismes d’évaluation. On va augmenter les services disponibles et un jour, on sera capable de sélectionner le tout petit nombre de gens qui ont des troubles de santé mentale qui sont irrémédiables et pour qui il n’y a plus d’espoir de thérapie.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

Le mot de la fin de Paul Arcand: «Je vais continuer de m'indigner...»
«Il faut avoir la capacité de s'indigner»- Paul Arcand
Le gouvernement doit-il imposer une taxe kilométrique?

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les meilleurs moments
En direct
En ondes jusqu’à 05:30