Aller au contenu

Délais judiciaires en matière criminelle: 15 nouveaux juges à la Cour du Québec

Délais judiciaires en matière criminelle: 15 nouveaux juges à la Cour du Québec
Simon Jolin-Barette, ministre de la Justice du Québec / Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

Le ministre de la Justice a nommé 15 nouveaux juges à la Cour du Québec, mercredi, qui seront affectés à la Chambre criminelle et pénale, ce qui devrait permettre de réduire les délais judiciaires en matière criminelle.


Écoutez le ministre Simon Jolin-Barette aborder avec Paul Arcand ces nouveaux postes de juges qu’on avait annoncés dans le cadre de l’entente avec la direction de la Cour du Québec.


Affirmant qu'il veut éviter tout arrêt des procédures en raison du non respect des délais, il souligne qu’il souhaite que tous les dossiers puissent être jugés dans un temps raisonnable et qu’on n’évite ainsi d'échapper des causes importantes.

On aborde au cours de l’entretien les doléances des juges qui soutiennent qu’ils sont sous-équipés, que le taux de roulement du personnel est élevé et que les systèmes informatiques sont désuets.

On y traite aussi de la coïncidence que l’un des fonctionnaires responsables de faire en sorte qu’il y ait moins d’attente dans le système de justice, Denis Marsolais, soit comme par hasard celui qui a présidé au naufrage de la société d’assurance automobile du Québec.

«Pour la candidature de Maître Marsolais, c’est quelqu’un en qui j’ai confiance, qui a des qualités et des aptitudes et qui me donne un coup de main. C’est quelqu’un qui a servi l’État québécois pendant plusieurs années. Oui, il y a eu un problème avec la SAAQ. Mais, ce n’est pas le travail d’une seule personne. Je peux vous dire que dans mes dossiers, ils me donnent un excellent coup de main. C’est quelqu’un qui connaît les acteurs du système de justice, qui vient de ce milieu-là. Avec lui, avec sa collaboration, on va réussir à réduire les délais.»

Des arches de sécurités supplémentaires?

Le ministre Jolin-Barette souligne que les palais de justice n’ont originalement pas été conçus pour qu’on intègre des arches de sécurité, mais qu’on devra travailler à l’aménagement pour que cela puisse se produire.

Il ne peut pas officiellement s’engager dans l’annonce d’une telle mesure, mais souhaite travailler en ce sens.

Et l'incompétence des juges, qu'est-ce qu'on en fait?

On conclut l’entretien en abordant la qualité de travail et la formation des juges, alors que plusieurs décisions de la juge Joëlle Roy sont controversées et mine la crédibilité, selon plusieurs observateurs, du système de justice.

Ne voulant pas commenter ce cas précis pour ne pas outrepasser la ligne entre le politique et le judiciaire, le ministre souligne que c’est au Conseil de la magistrature et au juge en chef de la Cour du Québec de statuer sur la formation des juges et sur le traitement des plaintes les concernant.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

La série IXE-13: «Un hybride d'une réalité historique et d'une bande dessinée»
Loi 31: «c’est dangereux, mais c’est une avancée» -Luc Ferrandez
Les entreprises de Normand Laprise croulent sous les dettes

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En direct
En ondes jusqu’à 18:30