Aller au contenu
Fin du «Titre 42»

Immigration: c'est la cohue dans la ville texane d'El Paso

Immigration: c'est la cohue dans la ville texane d'El Paso
Dans la ville mexicaine de Ciudad Juárez, un couple de migrants avec leur bébé est tout près d'une clôture en fil barbelé installée rapidement par les gardes frontaliers amércians pour empêcher les milliers de migrants de traverser illégalement la frontière entre le mexique et les États-Unis. / AP Photo/Andres Leighton

Les États-Unis abandonneront très bientôt le « Titre 42 », une mesure mise en place durant la pandémie qui permettait de freiner la venue de migrants et demandeurs d’asile par la frontière avec le Mexique. 

Plusieurs observateurs pensent que beaucoup de migrants tenteront de rentrer aux États-Unis.


Écoutez le journaliste Thomas Harms, correspondant pour Radio France Internationale (RFI), qui est dans la ville frontalière d’El Paso, au Texas.


«On ne voit plus aucun migrant dans les rues. Ils étaient pourtant des centaines. Des tracts ont été distribués pour les inciter à s’inscrire sur la nouvelle application remplaçant le modèle Titre 42. Ensuite, ils pouvaient avoir un rendez-vous afin de rentrer aux États-Unis. Ils ont accepté cette demande des gardes-frontières. Les migrants ont donc été enregistrés, incarcérés ou encore expulsés. La ville s’apprête à recevoir de 10 000 à 15 000 personnes qui campent de l’autre côté du mur, au Mexique…»

L'autre côté du mur dont parle le journaliste, c'est en fait la ville mexicaine Ciudad Juárez. 

Précisons que le «Titre 42», était un dispositif utilisé par l’administration Trump pour refouler les immigrants illégaux sous prétexte de santé publique.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Il est toujours aussi vulgaire et grinçant» -Catherine Brisson
«Ce qui me fait peur, c'est l'idée de soumettre la Justice à la présidence»
«On a beaucoup planifié et la communication était constante»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Même le week-end
En direct
En ondes jusqu’à 11:00