Aller au contenu
Protection de la jeunesse

«C’est un secteur où tu es sur le fil de fer chaque jour»

«C’est un secteur où tu es sur le fil de fer chaque jour»
Getty Images

Catherine Lemay est depuis plus d’un an la directrice nationale de la Direction de la protection de la jeunesse.

Au micro de l’animateur Patrick Lagacé, celle qui est aussi sous-ministre adjointe, trace les grandes lignes de son mandat et répond aux critiques émises par certains en raison de son apparent manque d’indépendance vis-à-vis du gouvernement.

Quatre grandes fonctions définissent son rôle.

« M’assurer de la gestion de l’ensemble de la trajectoire jeunesse dans les établissements. Voir à ce que les pratiques soient harmonisées, coordonnées. Voir à ce que la formation des intervenants à la protection de la jeunesse soit adéquate et m’assurer du contrôle du soutien, et au besoin, pouvoir d’enquête des directions de protection de la jeunesse. En résumé, c’est ça. »

Cette dernière admet avoir eu à prendre des décisions difficiles durant la pandémie et elle s’assure de mettre en œuvre les bases de la Commission Laurent. Un problème criant est de retenir le personnel.

« Il a fallu se dire : « Qu’est qu’on privilégie comme service? » À partir du mois de mai 2021, on a suspendu la possibilité des gens de la protection de la jeunesse d’aller appliquer dans d’autres secteurs. On les a retenus dans ces services jusqu’en septembre 2021. »

Cela en dit beaucoup sur le peu d’attractivité du secteur.

« La PDJ, c’est un secteur effectivement où tu es sur un fil de fer tous les jours », dit-elle.

Étant sous-ministre, certains intervenants dans le système estiment que Catherine Lemay n’est pas indépendante du pouvoir politique, le même reproche que l’on adressait au Dr Horacio Arruda. 

« Il y a des avantages et des inconvénients à être à l’intérieur ou à l’extérieur du système. Moi, je préfère être à l’intérieur. »

Catherine Lemay estime que cela lui donne un meilleur accès aux leviers et les relations qui permettent d’aller cogner aux portes des collèges.

 

« Par rapport au politique, il y a une distinction entre le pouvoir politique et le pouvoir administratif. On travaille ensemble, mais les fonctions légales que j’ai désormais dans la loi me donnent la marge de manœuvre pour prendre les décisions. »

Vous aimerez aussi

Plus avec Patrick Lagacé

Un piano public fermé à la suite d'incivilités
« Réponds Éric, arrête de trouver des faux-fuyants »
Carey Price : «Ça ne regarde pas bien» -Jeremy Filosa
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75