Aller au contenu
Salaire de la mairesse de Longueuil plus élevé que celui de la mairesse de Montréal

«Ça n’a aucun bon sens»

«Ça n’a aucun bon sens»

À l’effet Normandeau lundi, Nathalie Normandeau a questionné ses invités et auditeurs quant au salaire des maires et mairesses du Québec. 

Alors que tous les yeux des Québécois sont maintenant tournés vers les élections municipales qui auront lieu le 7 novembre prochain, le Journal de Montréal a dévoilé, ce week-end, le salaire de certains maires et certaines mairesses du Québec. 

Voici le top-5 des maires et mairesses les mieux payés au Québec:

Mairesse de Longueuil : Sylvie Parent : 249 283$
Maire de Laval : Marc Demers : 220 767$
Mairesse de Repentigny : Chantal Deschamps : 210 033$
Mairesse de Sainte-Julie : Suzanne Roy : 208 080$
Maire de Varennes : Martin Damphousse : 205 269$

6e rang : Mairesse de Montréal : Valérie Plante : 195 800$
8e rang : Maire de Québec : Régis Labeaume : 187 410$
20e rang : maire de Granby : Pascal Bonin : 167 112$

Des réactions

«La mairesse de Longueuil obtient la palme avec presque 250 000 $ de salaire. Imaginez, c’est plus important que le salaire du premier ministre du Québec. Ça n’a aucun bon sens»

«Je suis le 20e maire le mieux payé au Québec et je dirige la 15e plus grosse ville au Québec avec 167 000 habitants. Je suis très satisfait du salaire reçu et je ne crois pas que j’en perçoive trop ou que je n’en reçois pas assez. Je suis justement payé par la population. Et je pense aussi que je donne un rendement qui va avec mon salaire. Ça, c’est important»

«Ça fait 12-13 ans que je fais de la politique. Durant les 10 premières années, le rythme était de 35 à 40 jours de travail avant de m’accorder une demi-journée de congé. Donc, je faisais du 7 sur 7. Et justement, je me suis rendu malade. J’ai eu une maladie mentale. Et à mon retour de maladie, j’ai décidé de faire les choses différemment et d’avoir un meilleur équilibre entre ma vie professionnelle et personnelle»

«La mairie, la politique, c’est une passion. On ne regarde pas le salaire qu’on gagne, mais ce qu’on peut faire pour la société»

«De façon générale, les élus municipaux sont sous-payés au Québec versus les responsabilités qu'ils doivent assumer. Ces responsabilités sont allées en grandissant. Avec les petites municipalités de 1500 habitants et moins, ça prend un don de soi extraordinaire»

«Il n'y a pas un dirigeant d'entreprise, peu importe la grosseur de l'entreprise, qui  a un degrés de disponibilité que peut avoir un élu municipal»

Vous aimerez aussi

Plus avec Nathalie Normandeau

Pensez-vous qu’on a de quoi être fier au Québec?
Questions et réponses sur les voitures
Donner la bise, serrer la main, faire  l’accolade… Êtes-vous à l’aise?
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75