Aller au contenu
L'armée israélienne continue son avancée

Conflits militaires à Rafah: «Une personne qui reste, c'est une cible»

Conflits militaires à Rafah: «Une personne qui reste, c'est une cible»
L'armée israélienne continue ses frappes dans la bande de Gaza / AP Photo/Jehad Alshrafi)

L'armée israélienne continue ses frappes dans la bande de Gaza: elle a tout récemment touché un camp de réfugiés, entraînant la mort de civils, majoritairement des femmes, enfants et personnes âgées. 

Déjà sept mois de guerre entre Israël et le Hamas : un journaliste revient sur la frappe israélienne qui a anéanti un camp de déplacés à Rafah, qui a fait plus de 20 morts. 

Celui qui se trouve actuellement dans la ville de Deir el-Balah, située à mi-chemin entre Gaza et Rafah, explique également comment le comportement de ses enfants a changé depuis le début de la guerre…


Au micro de Paul Arcand, écoutez Ramy Abou Jamous, journaliste dans la bande de Gaza et fondateur de GazaPress, un bureau qui fournit de l'aide aux journalistes occidentaux. 


«L'artillerie, la marine, les F-16, les chars, ils bombardaient tous les bâtiments qui étaient autour de moi. J'ai attendu le lever du soleil et vu des gens qui commençaient à partir de ce quartier de Rafah. On a fait la même chose. [...] La stratégie de l'armée israélienne est de bombarder tout avant d'avancer. C'est ce qu'on appelle la [tactique] de terre brûlée, pour que tout le monde prenne la fuite et que les militaires puissent avancer facilement. Une personne qui reste, c'est une cible.»

Ramy Abou Jamous a donc quitté sa résidence de Rafah en compagnie de sa conjointe et de ses quatre enfants.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

Le mot de la fin de Paul Arcand: «Je vais continuer de m'indigner...»
«Derrière les faits divers, ce sont pour moi des faits de société»
«Il faut que tu restes le même gars que tu es» -Paul Arcand

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En direct
En ondes jusqu’à 00:00