Aller au contenu

Victime d'intimidation et de violence: un jeune ne veut plus fréquenter l'école

Victime d'intimidation et de violence: un jeune ne veut plus fréquenter l'école
L'intimidation à l'école / Getty Image

L'intimidation à l'école fait de nouveau les manchettes ces derniers temps, alors que des jeunes se font tabasser et sont victimes de harcèlement à école. Ces victimes en viennent même jusqu'à avoir peur d'aller à l'école.

Écoutez Paul Arcand aborder mercredi, avec Karine, l'histoire de son garçon de 13 ans qui est victime d'intimidation à répétition en raison de son état.

La mère raconte que son fils, qui est en secondaire un, est victime d'intimidation et de violence physique. Une situation qui a conduit le jeune garçon à l'hôpital, alors que ses notes ont chuté et qu'il ne veut plus fréquenter l'école.

Karine explique que la direction a suspendu quelques élèves et un élève a été expulsé, mais on aurait suggéré à la mère de changer d'école, pour l'envoyer dans la même école qu'un autre de ses tortionnaires, qui lors d'un incident qui s'est produit sur le terrain d'un aréna à proximité de l'école, lui a fracturé le poignet.

Elle souhaite que son enfant, qui souffre d'un trouble d'opposition et d'un trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité, soit en mesure de changer de centre de service scolaire.

Pour l'instant, n'ayant pas de service pour protéger son enfant, la mère de famille compte garder son enfant.

«Nous, dans notre temps, on aurait eu une grande rencontre dans le gymnase avec la police et le directeur et ils nous auraient brassés pas à peu près.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

Près de 85% des Canadiens sont favorables à l'aide médicale à mourir
Aide médicale à mourir: Ottawa doit-il harmoniser sa loi avec celle du Québec?
Paul Arcand offrira son contenu sur nos plateformes numériques dès l'automne

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Sans réserve
En direct
En ondes jusqu’à 15:00