Aller au contenu
Protecteur de l'intégrité en loisir et en sport

Québec souhaite mieux protéger et sécuriser le milieu des jeunes sportifs

Québec souhaite mieux protéger et sécuriser le milieu des jeunes sportifs
La ministre Isabelle Charest / Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

Le gouvernement du Québec annonce la création d'un poste de «Protecteur de l'intégrité en loisir et en sport» dans le but de protéger et sécuriser le milieu des jeunes sportifs.

Écoutez la ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air, Isabelle Charest, aborder avec Paul Arcand la vérification d’antécédents judiciaires des personnes, en position d’autorité, qui œuvrent auprès d’athlètes.

Elle explique qu'elle a pu avoir accès à un portrait global qui lui permettait de voir des dénonciations de situations inacceptables et qu'en collectant toutes les données, on a pu mettre en place le projet de loi qu'elle a présenté mardi.

Bien qu'une politique d'intégrité existait déjà, en l'inscrivant dans une loi, la portée est beaucoup plus grande pour mieux encadrer le sport et les loisirs au Québec.

En exemple, Paul Arcand revient sur le cas de l’entraîneur Réal Chayer, âgé de 59, a été accusé en matière d'agression sexuelle il y a quelques mois alors qu'on présumait qu'il avait fait deux victimes. (https://www.985fm.ca/audio/600830/61-nouvelles-accusations-contre-real-chayer-qui-aurait-agresse-des-jeunes)

La ministre rappelle l'importance pour les parents de vérifier si un individu est membre d'une association sportive et que ses antécédents ont été vérifiés.

Elle souligne ainsi que le Protecteur de l'intégrité en loisir et en sport pourra être en mesure d'enquêter sur un cas précis comme celui de Monsieur Chayer, advenant qu'une personne comme lui en venait à ouvrir une école sportive pour de jeunes athlètes.

«Avec la nouvelle portée de la loi, on va aller rejoindre tous ces organismes là, dans tous les secteurs, dans toutes les sphères de la pratique du sport et du loisir au Québec.»

La vocation de la loi est aussi de mieux protéger les enfants contre des méthodes d'entraînement archaïque et abusive ou de la violence envers les athlètes par exemple.

On discute aussi des jeux extérieurs qui ont été interdits à un millier d’élèves du Bas-Saint-Laurent à cause de la surprotection de certains parents selon ce que rapporte Le Soleil. Pour la ministre, il faut être bien conscient que pour les jeunes, les risques d'être inactif sont beaucoup plus importants que les risques liés à des bleus ou une fracture potentielle advenant une chute.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«On n'envoie pas de mise en demeure parce qu'on manque de lits»
Embûches administratives: il ne peut louer un appartement de 4 pièces
Cohabitation avec les itinérants: «La Ville n'honore pas sa part du contrat»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Sans réserve
En direct
En ondes jusqu’à 15:00