Aller au contenu
Paul St-Pierre Plamondon

«Mon objectif, c'est d'avoir un impact positif sur la société»

«Mon objectif, c'est d'avoir un impact positif sur la société»
Paul St-Pierre Plamondon / La Presse Canadienne

Le Parti québécois (PQ) détient maintenant une avance de 11 points sur la Coalition avenir Québec (CAQ), selon un récent sondage Pallas Data, réalisé pour Qc125 et L’actualité.


Écoutez l'entrevue du chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, au micro de Patrick Lagacé.


Les sondages se suivent, donc, et se ressemblent. La popularité de celui qu'on appelle PSPP ne semble pas s'essouffler. Comment expliquer cette cote d'appréciation?

«Je ne suis pas analyste, répond-il, un peu timide. Je ne pense pas que c'est mon travail de faire cette analyse-là (...) Mais ça nous encourage, ça nous donne vraiment un élan important. En même temps, je suis obligé de rappeler le but en politique, ce n'est pas d'être populaire. La popularité en politique, ça peut être éphémère. La popularité, c'est certes un levier. On a plus de cartes de membres, plus de dons, donc on a plus de moyens pour embaucher des gens puis élargir notre petite équipe. C'est tout positif.

«Mais moi, ce que je sollicite, mon objectif, c'est d'avoir un impact positif sur la société et je ne suis pas rendu là du tout. Donc, je ne me lancerai pas dans les analyses de pourquoi à ce stade-ci je serai populaire ou pas.»

Que répond le chef du PQ à ceux qui disent l'aimer, mais ne pas être souverainiste? Croit-il être en mesure de les convaincre d'ici les élections de 2026?

«Je demande simplement un peu d'écoute dans le sens que si les gens nous trouvent pertinents et qu'ils nous trouvent solides sur plein d'autres sujets, si les gens ont du respect pour certains de mes prédécesseurs au Parti québécois, les plus connus étant notamment René Lévesque et Jacques Parizeau, qui ont voulu vraiment que le Québec accomplisse son destin et ait moment historique, je leur demande simplement de nous écouter, de nous laisser un espace en se disant que s'ils sont bons dans d'autres sujets, s'ils sont sérieux, plus rigoureux dans d'autres sujets, il y a probablement de bonnes raisons pourquoi tant de politiciens dans notre histoire et pourquoi notre équipe pensent que c'est absolument nécessaire de devenir un pays...»

Inquiet de l'exposition aux écrans

Dans un autre ordre d'idées, le chef péquiste a notamment expliqué pourquoi il souhaitait s'attaquer au temps d'écran chez les jeunes.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

«Une éclipse, c'est pas une bombe qui tombe du ciel»
Comment nos ancêtres ont-ils perdu leur queue?
Rétrospective politique hebdomadaire, à la Rodolphe Husny!

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En direct
En ondes jusqu’à 10:00