Aller au contenu

Un plan de rattrapage pour lequel le ministre souhaite l'approbation des parents

Un plan de rattrapage pour lequel le ministre souhaite l'approbation des parents
Bernard Drainville, ministre de l'Éducation / Christinne Muschi / La Presse Canadienne

Le ministre de l'Éducation Bernard Drainville a présenté, mardi matin, son plan de rattrapage pour venir en aide aux élèves dans la foulée des grèves qui ont paralysé le milieu scolaire durant les négociations du secteur public.

Le gouvernement du Québec va injecter 300 millions de dollars pour l'occasion qui serviront pour donner du coup de pouce aux élèves qui ont besoin de rattrapage.

On parle ici de tutorat élargi et de cours d'été gratuits pour les étudiants de 4e et 5e secondaire.

Au micro de Paul Arcand, le ministre Drainville admet qu'une partie de l'argent qui sera investie proviendra en partie des sommes économisées pendant la grève, bien que la source de cet investissement provienne officiellement du budget actuel de l'État.

On aborde la question de l'aspect non contraignant de ce plan, alors qu'on devra se fier au bon vouloir des parents dans la réussite de leurs études.

Le ministre ne s'en cache pas, selon lui, l'éducation commence à la maison et il aura besoin de l'appui des parents pour la réussite des élèves, tant à court qu'à long terme.

«Je fais appel à la bienveillance des directions d'école et des équipes-écoles. Si un parent vous approche et vous dit: "Écoutez, mon enfant a besoin d'aide". S'il vous plaît, inscrivez-le par exemple sur la liste des élèves. Je vous demande s'il vous plaît de lui donner cette aide. Et s'il manque d'argent, je l'ajoute. S'il manque de sous, on en rajoutera.»

On aborde aussi la question des sorties et des activités parascolaires qui pourraient se voir affectées par l'impact du rattrapage nécessaire. Pour le ministre, bien que de réduire un certain nombre de ces activités soit nécessaire, il ne faut pas tomber dans l'extrême de tout annuler le parascolaire.

On revient aussi en fin d'entretien sur la saga de sa chanson hommage à Karl Tremblay. Le ministre soutient qu'il a simplement eu envie d'être lui-même, et que, de toute façon, peu importe ce qu'il fera, il qu'il sera critiqué. Donc aussi bien être critiqué pour avoir voulu rendre un hommage lors d'un événement qui l'a profondément touché.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«J'ai l'impression d'être un membre de votre famille» -Paul Arcand
«Du monde poppe le champagne en criant ''hourra, Paul Arcand s'en va!''»
«Jamais je n'aurais cru faire de la radio avec Paul Arcand» -Nathalie Normandeau

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
En coulisses
En direct
En ondes jusqu’à 20:00