Aller au contenu

Qu'est-ce qui explique la montée de la violence chez les jeunes?

Qu'est-ce qui explique la montée de la violence chez les jeunes?
Des jeunes dans une ruelle / Getty images/shironosov /Getty Images Plus

Alors que les événements violents impliquant des jeunes semblent se multiplier récemment, nous discutons de ce qui peut expliquer que les jeunes semblent plus prompts à la violence avec le pédopsychiatre rattaché à l’Institut Philippe-Pinel, Dr Martin Gignac.

Ce dernier explique qu’une grille d'analyse bien précise à laquelle se réfèrent les professionnels est de mise quand un patient qui est violent est admis à l’institut. 

«La première chose qu'on va se demander, c'est quel était son état mental au moment des gestes. On va se poser des questions sur une maladie en émergence comme la schizophrénie ou est-ce qu'il est intoxiqué?», dit le docteur.

«Après, on va aller voir dans les facteurs de risque, on va aller voir au plan familial, développemental. Est-ce que c'est quelqu'un qui a vécu de l'abus, qui a été abandonné, qui a été exposé à la violence très tôt dans sa vie? Est-ce qu'il y a eu de la violence précoce présente chez lui et c'est déjà fait, l'objet d'arrestation? Ensuite, on s'intéresse à l'influence des pairs. Ça peut être une influence qui fait en sorte qu'il a été victime de rejet, d'intimidation ou est-ce qu'il appartient à des gangs de groupes, des gangs criminalisés comme des gangs de rue? Puis, on regarde aussi dans quel environnement il grandit.»

«Force est de constater qu'il y a quand même pas mal de jeunes qui se retrouvent malgré eux dans certains cas, pris dans un tourbillon. Il y a des victimes. Et là, la première question qui me vient en tête thème étudie pour régler un conflit à quel moment tu penses que la solution c'est de prendre un couteau, une arme blanche et poignarder quelqu'un?»

Il semble que beaucoup de jeunes aient des capacités limitées sur le plan de la résolution des conflits.

«C'est sûr que quand on est impulsif, quand on est soi-même victime de violence, bien des fois l'agressé se transforme en agresseur. Puis des fois, c’est basé sur la peur. Il y a des jeunes qui se promènent avec des armes sur eux parce qu'ils ont peur de se faire agresser sur la rue», ajoute le Dr Gignac.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Il ne faut pas perdre le modèle des RPA» -Luc Ferrandez
Un jeune agresseur sexuel présumé retournera dans son école: «C'est choquant»
«Le virage numérique de la SAAQ s'apparente à un accident de char»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En direct
En ondes jusqu’à 00:00