Aller au contenu
Commission Normandeau-Ferrandez

Faire payer un briseur de grève: «C’est de l’intimidation» -Nathalie Normandeau

Faire payer un briseur de grève: «C’est de l’intimidation» -Nathalie Normandeau
La commission Normandeau-Ferrandez / Cogeco Média

L’Alliance de la fonction publique du Canada veut faire payer les membres qui ont franchi les lignes de piquetage durant la grève. Est-ce que c’est une façon d’intimider les membres?

Des syndicats qui représentent des employés du gouvernement fédéral tentent d’identifier des briseurs de grève qui ont été actifs durant le conflit de travail. 

Ils ont franchi les lignes de piquetage même s’ils ne faisaient pas partie des services essentiels prévus, selon Marc Brière, président national du Syndicat des employés de l'Impôt. 

Écoutez les chroniqueurs de la Commission Normandeau-Ferrandez, à l’émission Puisqu’il faut se lever.

«C’est de l’intimidation. C’est complètement surréaliste. Je pensais que les gros bras avaient déserté les syndicats… Non, c’est encore le cas.» 

«Ce qui va arriver, c’est que les personnes qui vont subir le traitement [réservé par le Syndicat des employés de l'Impôt] vont se mettre en congé de maladie pendant six mois. Elles ne travailleront pas et seront payées. C’est ce que le syndicat obtiendra, donc ne le faites pas.»

Notons que la grève des employés de la fonction publique canadienne est terminée depuis le début du mois, puisqu’une entente est survenue entre les syndicats et le gouvernement Trudeau.

Quant à l'Agence du revenu du Canada, elle a conclu une entente de principe le 4 mai avec le Syndicat des employés de l'Impôt, qui représente environ 35 000 membres.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

Santé: «Le ministère parle des deux côtés de la bouche» -Nathalie Normandeau
«On peut déjà conclure que Donald Trump ne témoignera pas dans sa défense»
Le «Bonjour-Hi» gagne du terrain, doit-on s'en inquiéter?

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
La nuit en direct
En direct
En ondes jusqu’à 03:00