Aller au contenu
Assemblée nationale

Des processus doivent être mis en place pour protéger les victimes

Des processus doivent être mis en place pour protéger les victimes
Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois / Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

Alors que Catherine Fournier a levé le voile sur le fait qu'elle est la victime de l'ex-député Harold Lebel, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon s'est entretenu avec Paul Arcand pour réagir sur l'absence de mécanisme à l'Assemblée nationale pour protéger des victimes présumées dans le cas d'agression sexuelle.

Ne souhaitant pas envisager qu'on retire totalement le statut d'élu à un député sans qu'il ne soit condamné au préalable, il soutient être ouvert à l'idée que des processus soient mis en place pour protéger les victimes, mais en s'assurant toujours que les tribunaux demeurent le seul endroit où sont traitées ces questions.

On l'écoute...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«On connaissait la vedette, mais on ne connaissait pas le gars»
«Tout le monde a peur que ça dégénère» -Fabrice de Pierrebourg
«Un peu comme un médecin de famille» -Christine Laliberté

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Même le week-end
En direct
En ondes jusqu’à 11:00