Aller au contenu

Travailler en abattoir: «Imaginez la masse de sang qui vous passe sur les mains»

Travailler en abattoir: «Imaginez la masse de sang qui vous passe sur les mains»
Des cochons / La Presse Canadienne

Alors qu’on apprenait la semaine dernière la fermeture d’une usine d’Olymel à Vallée-Jonction, le chroniqueur Jean-François Nadeau philosophe sur ce milieu de travail difficile et sur notre rapport à l’alimentation animale.

Écoutez Jean-François Nadeau, collaborateur à l’émission et chroniqueur au journal Le Devoir au micro de Patrick Lagacé.

«C’est très dur comme travail. Vous êtes munis d’une arme, près des autres, dans l’humidité, dans le froid, le sang et c’est une forme de chaîne de travail, vous le répétez toute la journée le mouvement. C’est 5000 bêtes par jour qui sont abattues à cette usine. Imaginez la masse de sang qui vous passe sur les mains.»

Le chroniqueur souligne que certains travailleurs sont encore hantés par ce travail en usine.

Baisse de salaire, travail éreintant… Mange-t-on trop de viande de toute façon? C’est une question que Jean-François Nadeau lance…

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

«C'est un désastre d'image qui démontre un manque d'attention aux détails»
Retour sur la dernière journée du procès de Donald Trump
«Ça met le mouvement Desjardins dans une drôle de position» -Diane Lemieux

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
L'effet Normandeau
En direct
En ondes jusqu’à 12:00