Aller au contenu
Allégations de crimes sexuels en éducation

Enquête générale: «Ça se peut que ça finisse à la police» -Bernard Drainville

Enquête générale: «Ça se peut que ça finisse à la police» -Bernard Drainville
En raison des nombreuses allégations de crimes sexuels impliquant le réseau scolaire québécois au cours des derniers mois, le ministre de l’Éducation a déclenché une «enquête générale». / Getty Images

En raison des nombreuses allégations de crimes sexuels impliquant le réseau scolaire québécois au cours des derniers mois, le ministre de l’Éducation a déclenché une «enquête générale». 

Bernard Drainville, qui en a fait l’annonce mardi, discute de sa décision avec l’animateur Paul Arcand, mercredi.

«La plupart des allégations et des dénonciations seront intégrées à l’enquête. Pour certaines des histoires sorties [dans les médias] ces derniers mois, j’avais déjà déclenché des enquêtes administratives. Elles seront donc ajoutées à l’enquête générale. L’idée est notamment de vérifier si des éléments communs existent entre les différents cas, afin de tirer les bonnes conclusions. Il est possible que certains cas finissent à la police. C'est le service des enquêtes internes du ministère de l'Éducation qui procèdera à cette enquête générale.»

Cette enquête générale est ouverte parce que le ministre se pose de «grosses questions» quant à diverses histoires qui se sont déroulées dans le passé. Certaines remontent aux années 1990.

Dans son entrevue, le ministre a donné en exemple le cas du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy, qui implique un enseignant qui aurait eu des enfants avec deux étudiantes différentes.

Il a aussi abordé le cas du centre de services scolaire de la Pointe-de-l’Île, où l’éducatrice spécialisée Véronie Campeau a été accusée de contact sexuel sur une mineure. Finalement, il rappelle l’affaire du Centre de services scolaire des Patriotes : un enseignant qui avait été condamné pour proxénétisme (à la fin des années 1990) a pu y retrouver son poste de professeur après avoir purgé sa peine de prison.


Des fonctionnaires devront faire part de leurs recommandations au ministre de l’Éducation dans un rapport préliminaire d’ici le 2 juin. 

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Le premier ministre n'aura pas de plan pour le logement» -Luc Ferrandez
Collaboration entre Moment Factory et La Sphère de Las Vegas
Petits secrets et coquineries en hommage aux chroniqueurs

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 17:00