Aller au contenu

Peut-on juridiquement comparer la perte d'un enfant et d'un animal?

Peut-on juridiquement comparer la perte d'un enfant et d'un animal?
La commission Normandeau-Ferrandez / Cogeco Média

Est-ce que le deuil ressenti par la perte d’un animal peut être comparable à celui d’un parent qui perd son enfant?

Voilà une épineuse question à laquelle se sont attaqués Nathalie Normandeau et Luc Ferrandez au micro de Paul Arcand jeudi matin.

Pour Luc Ferrandez, le droit ne peut pas comparer la mort d’un être humain et d’un animal, malgré que les sentiments ressentis peuvent être les mêmes.

Même son de cloche pour Nathalie Normandeau, il est impossible que juridiquement un animal puisse obtenir le même statut qu’un être humain.

«J’adore les animaux, je serais prête à militer pour la défense des droits des animaux, mais je pense qu’il faut garder la tête froide dans ce genre de débat.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

Guerre civile: «C'est un rappel de ce qui pourrait arriver» -Catherine Brisson
Une maison et une voiture visées par des coups de feu à Pierrefonds-Roxboro
Hausse des cours d'eau et des tensions à l'international

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En direct
En ondes jusqu’à 10:00