Aller au contenu
Pensionnats autochtones

Fosses communes: est-ce vraiment le bon terme?

Fosses communes: est-ce vraiment le bon terme?
Totems des premières nations à Vancouver / Getty Images

La chroniqueuse Isabelle Hachey du quotidien La Presse remet en question la couverture médiatique du scandale des pensionnats autochtones, en particulier l'affirmation selon laquelle des enfants autochtones auraient été enterrés dans des fosses communes. 

Dans son dossier publié mardi matin, elle souligne que la communauté de Kamloops, en Colombie-Britannique n'aurait jamais qualifié les découvertes de multiples corps d'enfants autochtones ainsi.

Au micro de Luc Ferrandez, écoutez la chroniqueuse aborder la couverture médiatique du dossier et conclure que ce terme aurait été choisi arbitrairement par le New York Times aux États-Unis.

«Le New York Times a fait sa manchette en parlant de fosses communes de 215 enfants retrouvés dans des fosses communes. Ça n'a jamais été corrigé. C'est toujours là, alors que la communauté elle-même dit: "C'est pas ça qu'on a dit". Il faut faire attention. Quand je parle de malentendu dans mon dossier, c'est un peu de ça, c'est le malentendu initial finalement, le fait que ça a été rapporté un peu n'importe comment par les médias qui ont repris depuis. Mais cette impression-là, je pense, est toujours restée. Jusqu'à un certain point, ça perdure aujourd'hui, après trois ans.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

«On ne va pas les envoyer dans une forêt de moustiques sans services»
«Ça veut dire aggravation de la crise du logement et recul du français» -PSPP
«L'ATP est extrêmement tolérante sur quelque chose qui est très grave»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
L'effet Normandeau
En direct
En ondes jusqu’à 12:00