Aller au contenu
Commission Normandeau-Ferrandez

«Ce qui est en jeu en fait, c'est l'avenir et la qualité de notre démocratie!»

«Ce qui est en jeu en fait, c'est l'avenir et la qualité de notre démocratie!»
La commission Normandeau-Ferrandez / Cogeco Média

L'ex-premier ministre Jean Charest, ainsi que d’anciens maires, sénateurs, artistes et gens d’affaires s'inquiètent d’une hausse des incivilités dans le débat public, particulièrement sur les réseaux sociaux: ont-ils raison?

Voilà la question sur laquelle se penchent les commissaires Nathalie Normandeau et Luc Ferrandez, lundi matin, au micro de Paul Arcand.

« Au total, il y a une cinquantaine de personnalités publiques issues de différents milieux qui ont cosigné une lettre ouverte parue dans le Globe and Mail la semaine dernière. Cette initiative, elle est de Barry Campbell, un ex-député libéral ontarien. Et cette initiative, elle a été menée conjointement également avec le Globe and Mail, qui se questionne de plus en plus sur les dérapages qu'on constate dans notre espace public. Essentiellement, ce que demandent certes tous ces signataires, c'est qu'ils s'adressent aux dirigeants du pays. Ils demandent de lutter, de toute urgence, contre la montée des incivilités, je cite des agressions publiques et de la haine manifeste qui minent la paix, la sécurité de la vie canadienne. Ils terminent leur lettre en écrivant: "Il s'agit d'un appel au clairon pour notre avenir collectif." La première chose qu'ils devaient faire, ils l'ont fait. Vraiment, ça, je trouve ça extraordinaire parce que c'est vraiment une mobilisation qu'on n'a jamais vue jusqu'à maintenant.»

«Je pense qu'on est de plus en plus privé de socialisation. Il n'y a plus de perron d'église, ça fait un bout de temps, mais il y a aussi des quartiers populaires. Il y en a de moins en plus. De plus en plus de personnes vivent dans des quartiers où ils rencontrent peu de monde. Puis maintenant c'est les commerces. Avant, on allait dans les commerces, maintenant on commande sur Amazon. Donc la fréquentation de la foule, la fréquentation d'autrui a beaucoup diminué. Puis moi je pense que plus on est en société, plus on est patient.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

«Cette agence se situe dans un entre-deux qui doit être défini»
«On est loin derrière les autres provinces» -Iohann Martin
Lutte contre l'itinérance: «Helsinki l'a fait et ça fonctionne» -Luc Ferrandez

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
L'effet Normandeau
En direct
En ondes jusqu’à 12:00