Aller au contenu
Commission Normandeau-Ferrandez

Initiation: vers une réflexion avec les recteurs et les associations étudiantes?

Initiation: vers une réflexion avec les recteurs et les associations étudiantes?
La commission Normandeau-Ferrandez / Cogeco Média

Urine, intimidation et vomissure... la ministre Pascale Déry songe à interdire les initiations au Cégep et à l'Université après des initiations dégradantes à l'Université de Sherbrooke. Devrait-elle aller de l'avant?

Voilà la question sur laquelle se penchent les commissaires Nathalie Normandeau et Luc Ferrandez, mercredi matin, au micro de Paul Arcand.

«Ce serait une bonne idée, mais la ministre ne peut pas le faire de manière unilatérale. Pourquoi? Parce qu'on l'accuse de s'ingérer dans les affaires internes des universités qui, faut-il le rappeler, sont des organisations autonomes. Mais puisqu'elle a osé - et pour ça, je lui dis bravo - questionner l'utilité et la pertinence de ces initiations sur la place publique à voix haute, elle pourrait peut-être commencer à initier une réflexion avec les recteurs et les rectrices des universités et les associations étudiantes concernées pour établir les avantages et les inconvénients de ces initiations.»

«En 2016, la question a été posée. On n'a pas voulu mettre de loi parce que tous les actes qui sont commis lors d'une initiation sont passibles... sont criminels. Par exemple: enfermés dans une toilette surchauffée, c'est de la séquestration. Une atteinte sexuelle, obliger quelqu'un à se déshabiller ou bien toucher les parties génitales de quelqu'un, c'est une agression sexuelle. Donc, tout ça est codifié par la loi. Alors, la question: est ce qu'on doit ajouter une loi à ces lois-là pour les initiations? Moi, je pense que non. Un gros non.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Ce qui me fait peur, c'est l'idée de soumettre la Justice à la présidence»
«On connaissait la vedette, mais on ne connaissait pas le gars»
Les réseaux sociaux inspirent les Québécois pour leurs idées de vacances

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les meilleurs moments
En direct
En ondes jusqu’à 04:30