Aller au contenu
La Zarra à l'Eurovision

«Ça a été l'enfer du début à la fin, l'expérience la plus traumatisante...»

«Ça a été l'enfer du début à la fin, l'expérience la plus traumatisante...»
La Zarra en performance à l'Eurovision / Getty images

Dans une entrevue accordée sur la chaîne YouTube Siham TV, la chanteuse canadienne La Zarra dénonce avoir été victime de racisme lors de sa participation à l'Eurovision en 2023. Cette expérience a laissé des traces indélébiles, impossibles a oublier.


La chanteuse québécoise, aux racines marocaines mentionne soulève en entrevue avoir été forcée de se teindre en blonde par la cheffe de la délégation française de l’Eurovision lui disant :«qu’avec les cheveux bruns, elle avait l’air « trop arabe et quand tu es blonde, t’as l’air moins Arabe et les Français n’aiment pas les Arabes ».

«On se rappelle qu'elle a causé quand même une certaine commotion, notamment en France, quand elle a fait un geste au moment des résultats avec le doigt d'honneur. Elle a dit que c'était plutôt un geste marocain de déception. Elle a terminé 16ᵉ du concours et dès qu'elle a été choisie, la Zarra raconte qu'elle s'est sentie manipulée par France Télévision, qu'elle a dû déménager en France en trois jours avec sa fille. Dû être sur la cortisone pendant cinq mois parce qu'il y avait beaucoup, beaucoup de stress. Un stress constant de la part de la chef de la délégation française» - rappelle Catherine Brisson.

Écoutez Catherine Brisson au micro de Paul Arcand à ce sujet.

«Avec les cheveux bruns, tu as l'air trop arabe. Et quand tu es blonde, tu as l'air moins arabe. Et les Français n’aiment pas les Arabes. Et après tu parles avec ta maison. Mais ça, c'est inacceptable. Tu sais, c'est du racisme, tu comprends? Et on te dit que non. En fait pour moi ça a été l'enfer du début à la fin, ça a été l'expérience la plus traumatisante et pas à cause des médias. On a un petit pantin donc il faut faire comme si, il faut faire comme ça. Donc tu as plus de choix artistique, tu deviens juste une poupée. Le mot, c'est que tu es une prostituée en fait.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«On connaissait la vedette, mais on ne connaissait pas le gars»
«Ce souhait exprimé de vivre cet événement en gang, c'est ce qui m'a fasciné»
«On a beaucoup planifié et la communication était constante»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 17:00